Madam Secretary, Saison 1 : Une crise évitée - Critictoo Séries TV

Madam Secretary, Saison 1 : Une crise évitée

Madam Secretary - Saison 1

Quand le Secrétaire d’État américain meurt dans un accident d’avion, le Président demande à Elizabeth McCord, une de ses anciennes collègues de la CIA, de prendre le poste laissé vacant. Elle se retrouve alors dans l’une des plus importantes positions au gouvernement et doit entrer dans des négociations avec l’Iran.

CBS fait dans la politique avec Madam Secretary, une création de Barbara Hall qui nous entraine dans le bureau d’Elizabeth McCord, la nouvelle Secrétaire d’État américaine. Ancienne analyste de la CIA devenue professeure, elle doit à présent faire preuve de diplomatie pour assurer le maintien de la paix quand le Président lui demande de servir son pays à l’un des postes clés du gouvernement.

C’est en tout cas une partie de son travail et ce n’est pas la seule chose qui occupe son temps. Cette première saison essaie en effet de naviguer entre les histoires familiales et la politique en y mêlant de l’espionnage et des storylines relationnelles pour les protagonistes secondaires. On pourrait même dire qu’elle est relativement inconsistante à force de chercher la bonne formule pour associer tout cela. Le plus bel exemple du problème est Henry McCord, le mari d’Elizabeth qui se retrouve la plupart du temps avec des intrigues improbables qui ne sont sauvées que par Tim Daly qui délivre une performance solide. Le casting est de manière générale un atout, même si les scénaristes de Madam Secretary ne parviennent pas toujours à bien utiliser les acteurs – à l’exception de Tea Leoni qui est définitivement à l’aise dans le rôle-titre.

En fait, le principal souci avec Elizabeth McCord est qu’elle est apolitique. L’avantage d’une série qui s’intéresse au travail de la Secrétaire d’État est que beaucoup de sujets sensibles contemporains n’ont pas à être abordé. Le maintien de la paix prime et les seuls moments où cette première saison réussit à développer une critique, c’est quand il est question de faire des concessions. Néanmoins, à ce niveau, il est surtout question de pointer du doigt à quel point la position des États-Unis au sein de la politique mondiale a faibli. C’est un propos intéressant qui permet au show d’éviter de placer son héroïne dans le rôle d’une sauveuse brandissant le drapeau américain pour tout résoudre, mais il y a clairement plus à faire dans le registre.

C’est là que l’on peut regretter que l’équipe d’Elizabeth occupe une place chancelante. Occasionnellement employée pour soulever des points tendancieux, elle se voit cependant trop longtemps utilisée pour servir des intrigues superficielles ou pour faire du bruit de fond – et elle se retrouve éclipsée dans la dernière partie de la saison. D’ailleurs, seule sa famille McCord impose une réelle constance dans le show à ce stade, lui donnant ainsi du cœur et un moyen de mieux comprendre Madame la Secrétaire.

En dépit de tout cela, Madam Secretary profite pleinement de son format procedural pour jongler avec ses problèmes et les rendre moins notables. Chaque épisode a sa crise, même si elle est minime, ce qui permet de poser des challenges différents qui montrent rapidement l’étendue des sujets que la série peut aborder. La routine n’a que peu d’espace pour s’installer et le divertissement s’en trouve alors renforcé. Forcément, puisque nous sommes devant un show moderne, une storyline feuilletonnante s’étale durant la saison. Assez maladroitement gérée dans un premier temps, elle finira par prendre corps de façon plus solide une fois que les scénaristes auront mieux défini ce qu’ils voulaient vraiment en faire.

On peut d’ailleurs établir ce constat et l’appliquer à beaucoup de choses dans cette première saison. Madam Secretary surprend régulièrement en évitant de devenir prisonnière de sa formule, mais cela ne l’a pas empêché de souffrir de trop de tâtonnements durant ces 22 épisodes. Elle a indéniablement survécu avec une certaine agilité à une période d’apprentissage compliquée d’une manière qui révèle un potentiel sur la durée, en dépit de limites désormais évidentes. Elle devrait en tout cas être intéressante à suivre dans les années qui viennent après ce début qui est finalement bien meilleur qu’on aurait pu l’escompter.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link