Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. Saison 1 : Des espions amateurs

Agents of S.H.I.E.L.D. saison 1

Après avoir trouvé la mort et être revenu mystérieusement à la vie, Phil Coulson obtient une promotion au sein du S.H.I.E.L.D, l’agence d’espionnage dirigée par Nick Fury. Il prend la tête d’une équipe qui intervient dans des affaires en tous genres dans un monde transformé par les super-héros, les dieux et l’échec d’une invasion alien.

Après avoir conquis le grand écran avec l’aide d’Iron Man, Thor, Captain America et finalement The Avengers, Marvel Studios a décidé de s’étendre en allant sur le petit avec Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. On s’éloigne alors des aventures de super-héros pour se tourner vers une équipe de l’agence d’espionnage la moins discrète au monde dirigée par Phil Coulson.

Dès le départ, la série se veut être une extension de l’univers développé au cinéma. L’agent Coulson, qui était plus ou moins une blague pour certains spectateurs, est transformé pour l’occasion en leader avec autour de sa personne un mystère découlant des évènements de The Avengers : comment est-il revenu à la vie ?

Cette question sera l’un des moteurs de cette première saison que l’on peut aisément découpé en deux. Nous avons ainsi une première partie qui s’étale du pilote à Yes Men (1.15), qui tente sans succès au départ de se confronter aux retombées de l’attaque alien sur New York. On survole l’impact psychologique que peut avoir eu la découverte de l’existence de Dieux, d’aliens menaçants ou autres éléments remettant en cause notre conception de l’humanité.

Les choses changent donc à partir de End of the Beginning (1.16), ou l’après Captain America : Le Soldat de l’hiver. Avant cela, le show avait délivré des épisodes inoffensifs connectés à Thor 2, mais le second opus de Captain America affecte la conjoncture de la série. À l’évidence, toute personne encore devant Agents of S.H.I.E.L.D. à ce moment devait soit avoir envie de voir le film dès sa sortie, soit n’avoir aucun problème à se faire spoiler (comme moi !).

Arrivée à ce stade, il parait évident que l’équipe créative menée par Jed Whedon et Maurissa Tancharoen a dû faire face à un certain nombre de restrictions créatives, consciente du tournant narratif que la série allait devoir prendre à un moment bien précis. Cependant, au lieu d’utiliser à bon escient le temps qui leur a été imparti pour poser les bases de leur show avant qu’elles soient totalement ébranlées, les scénaristes vont simplement trainer des pieds et délivrer des intrigues particulièrement inconsistantes.

Si Coulson et son équipe sont les représentants du S.H.I.E.L.D., il y a de quoi s’inquiéter pour la protection de la planète. Ils sont pour la plupart enthousiastes, mais loin d’avoir les épaules pour prendre des décisions majeures ou complexes. Heureusement, leurs missions leur demanderont que très rarement d’avoir à faire face à un dilemme moral. Le show a des ambitions plus que limitées de ce côté-là.

Les scénaristes aiment aussi jouer la carte du mystère à différents niveaux, Coulson n’étant pas le seul touché par ce phénomène. Dans tous les cas, ils pensent que cela va instinctivement intéresser, manquant le plus souvent de prendre le temps d’établir pourquoi ces questions devraient nous interpeler. La série tire rarement son épingle du jeu dans ces instants-là, la faute encore une fois aux développements trop hasardeux des personnages.

Difficilement, les différents agents prennent forme et se complexifient un peu. Alors que ce travail aurait déjà dû être plus qu’amorcé dans la première partie, c’est bel et bien la seconde qui va aider l’équipe à devenir un peu plus intéressante. La saison trouve dans les évènements du Soldat de l’hiver un nouveau souffle.

Le show bénéficie d’une nouvelle direction avec des enjeux de tailles et alléchants, autant sur un plan global que personnel pour les personnages, confrontés enfin à de véritables questions morales (même si elles ne sont pas creusées). L’équipe créative peut alors se réorienter en conséquence, parvenant à utiliser certains éléments mal exposés avant pour leur donner de l’intérêt. Cela, cependant, ne justifie aucunement une mauvaise exposition ou des développements peu approfondis.

Marvel’s Agents of S.H.I.E.L.D. se révèle au final être une sorte de complément à la qualité discutable à l’univers cinématographique Marvel. Après des débuts plus que bancals et l’absence de développements intéressants pour les personnages, la saison connaitra un petit sursaut dans les derniers épisodes et quelques bonnes idées parsemées qui aideront à s’accrocher tout du long. On évite ainsi le naufrage, mais il y a encore du travail à accomplir pour faire d’Agents of S.H.I.E.L.D. un bon show.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link