Gloria et Manny accompagnent Phil et Alex à un match de basketball tandis que Claire organise la séance photo pour le portrait de famille. Mitchell doit affronter un pigeon qui est entré dans la maison.

Fin de saison oblige, on nous organise un petit évènement afin de réunir une dernière fois la famille et de l’immortaliser.

Mais avant d’en arriver là, Claire va avoir le temps de faire une crise de nerfs. On peut d’ailleurs se demander comment elle fait pour ne pas faire une crise d’hystérie à la fin, vu que l’anarchie s’installe irrémédiablement.

Quoi qu’il en soit, la photo sera prise, comme on s’en doute, histoire de nous offrir l’image de la big happy family aussi diversifiée qu’unie – en fin de compte. C’est une bonne façon de conclure la saison sur un dernier effort.

L’épisode ne se résume pas pour autant à cette histoire de portrait de famille, mais il faut bien admettre que le reste peu paraitre un peu anecdotique. Enfin, pas la storyline de Phil et Gloria, mais le coup de Mitchell et l’oiseau n’est pas très original, et Jay qui parle des ‘60s à Luke, ce n’est pas très intéressant et la conclusion donne l’impression que c’était juste un prétexte pour offrir à Jay l’opportunité de nous refaire une fin pleine de bons sentiments (ça faisait longtemps) – avec un petit twist qui montre quand même que les choses ont changé.

Donc, Phil et Gloria vont assister à un match de basketball pendant que Claire pète un câble à la maison. Enfin, plutôt une marche de l’escalier, LA Marche que Phil doit réparer depuis je ne sais plus quel épisode. L’ensemble est une lente montée en puissance qui jongle entre les running gags habituels et Phil qui se retrouve dans une situation hors de son contrôle. Et ça marche assez bien.

Au final, si les storylines de Mitchell et Jay ne sont pas très intéressantes, Phil et Claire font le show et animent l’épisode d’un bout à l’autre, volant quelque peu la vedette au reste de la famille. Question humour, tout ne fonctionne donc pas, mais Family Portrait est tout de même dans la moyenne de la saison et aurait pu faire plus si Manny ou Cam avaient eu de quoi délivrer sur ce plan-là.

En tout cas, on retrouve dans ce final les thématiques fortes de la série, sa folie ambiante, et sa touche un peu guimauve qui l’empêche de sombrer dans le sarcasme. En conclusion, cela offre un assez bon résumé de ce qu’est cette famille.