Moonlight – There’s No Such Thing As Vampires (1.01)
Un vampire, devenu détective privé, tente de concilier sa nature immortelle, l’adversité qui règne dans le monde des vampires et son amour pour une mortelle : se servant de ses pouvoirs pour aider les humains, plutôt que pour s’en nourrir, Mick, mordu le jour de ses noces par sa femme Coraline, entretient une profonde antipathie pour ceux qui ne voient dans les mortels que nourriture.

He’s Tall. He’s Dark. He’s a Vampire. Mick St. John, le nouveau vampire détective de CBS est à votre service. Moonlight, pour la petite histoire, c’est en soit, une bonne blague qui traine à Critictoo depuis quelques mois. L’exemple même du projet foireux, mort-né qui nous servait de référence à chaque fois que l’on voulait évoquer la qualité de la prochaine rentrée. Il est vrai que l’histoire d’un vampire détective à L.A., ce n’est pas super original, mais quand on nous annonce qu’un seul membre du casting du pilot présenté à la chaine sera dans la version finale, les choses ne s’arrangent pas. En plus, dans le changement de casting, on nous colle Madame de Pompadour, et Logan Echolls. Déjà qu’avec The New Guy en tête d’affiche, il n’y avait pas de quoi se réjouir…

Le temps passe, les premières bandes annonces sortent, et là surprise, il y a un vrai sens de l’autodérision. Ça pue le second degré à plein né, et je suis mort de rire. Alors, en fin de compte, Moonlight commence à m’intéresser. Tout à l’heure, Carole passe par là, et se dit qu’elle pourrait s’incruster pour se mater Moonlight avec moi, bien entendu, elle ne propose pas de prendre en charge l’écriture de cet article. Pas super motivé quand même, nous nous lançons dans l’aventure du Tall and dark vampire.

Pour le pilote, rien de tel qu’une petite enquête sur des meurtres vampiriques. Histoire banale, nous avons vite trouvé qui était le coupable. En fait, Ari était le suspect idéal, du coup, on l’a vite éliminé. Sa femme, suspect numéro 2, trop facile. Je vous laisse donc découvrir qui est le tueur, c’est facile.

Ce n’est donc pas l’enquête qui va être citée comme qualité première de la série. The New Guy, c’est Mick St John, et quand il n’est pas à côté de Vic Mackey, il a tout de suite plus de charisme. Il faut dire que l’acteur ne fait pas trop le poids face à Michael Chiklis, d’où le fait que je l’appelle toujours The New Guy, car je n’ai jamais retenu son nom dans The Shield. Bref, il n’est pas le seul de cette série à atterrir dans Moonlight, car Tavon est le flic de service. Autre tête connue, Marshall qui s’occupe du côté technique, on a vu plus original, mais bon, j’ai toujours bien aimé Kevin Weisman et j’espère que son rôle va s’étoffer. On en arrive à Madame de Pompadour, alors 2 secondes, je jette un coup d’œil sur imdb, voilà, donc ce coup-ci, c’est Beth, la journaliste pour un site de news sur le net. Tiens c’est marrant, Sophia Myles a joué dans un Dracula en 2006. Bref, on s’en fout. Au final, j’ai oublié Logan, aka Josef Konstatine, ami de Mick et vieux vampire arrogant. Au début je pensais que son rôle serait en opposition au héros, mais non. Bon, si vous connaissez Jason Dohring, vous devinez que son jeu d’acteur ne va pas permettre au personnage de transcender l’écran, mais il s’en sort mieux que je ne le pensais. Un peu comme tout le casting en fait. C’est un peu comme Heroes, si vous mettez plein d’acteurs du même niveau, il y a le risque que quand un bon viendra faire la guest star, tout le monde en souffre. Ils ne sont donc pas géniaux, mais tant que qu’un acteur plus talentueux ne pointera pas le bout de son nez, on n’en dira rien.

On s’est bien marré en regardant l’épisode, il faut l’avouer. Il faut dire que prendre cette série au sérieux serait une grosse erreur. D’ailleurs, l’ambiance générale se prête au second degré. Les expressions de Mick, ou certains dialogues, montrent une vraie volonté d’autodérision. Mais ce n’est pas parodique, loin de là. La voix off, nous offre un style vieux détective (remarque de Carole, moi je faisais remarquer que les voix off, cette année, c’est vraiment la mode). L’intrigue est presque simplette, dans le genre, petite enquête déjà vue 100 fois. Une intrigue sous-jacente, dont la conclusion nous a sautée aux yeux dès le début, mais qui est explicité à la fin, pour les plus lents, n’apporte pas grand-chose, sauf une petite introduction d’un personnage qui refera sûrement par la suite des apparitions, à savoir, l’ex-femme vampire de Nick, une hystérique. Bref, dans tout ça, il n’y a pas grand-chose à retenir à part qu’on a passé un pas trop mauvais moment. Ça m’a rappelé Kolchak, mais en plus léger et clairement plus fun. En tout cas, pour le week-end, ça passe sans problème. Ça repose les méninges. Dans le genre série sans prétention, à regarder pour se reposer, si on n’a que ça à faire, c’est une bonne candidate, mais faut vraiment rien n’en attendre.

Je vous ai épargné la comparaison avec les séries de Joss Whedon, car franchement, elles ne méritent pas toutes l’attention et les qualités qu’on leur donne. Le parallèle avec Moonlight est sans intérêt.