Earl va rayer de sa liste une chose qu’il a faite à Joy, mais cela va finir mal, et elle se retrouve avec une maladie qui pousse Darnell à la mettre en quarantaine. Earl va devoir la remplacer.

Nous n’avions pas eu beaucoup de Joy et Darnell depuis l’affaire complètement délirante du camion volé. Ils sont toujours là, mais font plus parti du décor qu’autre chose. Avec cet épisode, nous les retrouvons au premier plan, mais avec une histoire un peu moins folle qu’a l’habitude qui joue plus du comportement des personnages qu’avec.

Résultat, c’est sympa, on ne s’ennuie pas, mais ce n’est pas aussi hilarant que ça aurait pu l’être. C’est un peu le problème de la série. Le concept de base était original, les personnages tout autant, mais on arrive à la saison 4 et la routine les a assimilé. Aujourd’hui, il en faut plus pour que l’on retrouve la folie de départ tellement celle-ci s’est banalisé.

Mais bon, encore une fois, c’est quand même sympathique. La série a quand même retrouvé un bon niveau, car on s’est assez éloigné des histoires soporifiques comateuses de la saison dernière. Tout ce conclut par une petite morale autour du personnage de Joy, rien de bien méchant ou stupide, juste un léger côté réaliste qui change avec l’esprit général de la série.