Earl veut se faire pardonner auprès de Johnny, un cascadeur qu’il poussait à faire des cascades risquées juste pour qu’il puisse être blessé afin de coucher avec Sheila, sa petite amie. Le problème est que suite à un accident, Johnny n’est plus capable de se fabriquer de nouveaux souvenirs et donc de pardonner à Earl.

My Name Is Earl retourne, comme promis, à l’origine de la série. On voit donc Earl s’intéresser à un énergumène de plus, originaire de Camden. Il s’agit de Sweet Johnny, cascadeur de son état, qui est bloqué 10 ans en arrière à cause d’un accident qui lui a abimé le cerveau. Dans le rôle de Johnny, David Arquette fait des étincelles. Ses expressions aussi bien physiques que parlées nous ramènent bien 10 ans en arrière.

Le déroulement de l’histoire est basique, mais toute cette histoire de cascade est assez sympathique. Le temps passe assez vite et même s’il n’y a pas vraiment d’occasion de rire aux larmes, le divertissement est plus que satisfaisant.

En parallèle, nous avons une intrigue sans intérêt avec Joy qui s’achète une arme. Pour l’occasion, on nous ressort Darnell le moralisateur pacifiste. Tout ceci n’est pas franchement intéressant, mais ça ne vient pas trop empiéter sur l’intrigue principale, ce qui est déjà une bonne chose.

Un épisode de bonne facture qui illustre assez bien la direction que la série a prise en ce début de saison 4. C’est assez encourageant, car on retrouve les personnages comme on les aime, et surtout, même si le niveau d’origine n’est pas de retour, il faut reconnaître que c’est supérieur à la saison précédente.