Narcos saison 2 nous conte une traque mémorable

19 Sep 2016 à 12:00

Narcos saison 2 avec Wagner Moura

Pour l’équipe derrière Narcos menée par José Padilha et Eric Newman, une chose est sûre avant même le début de la saison 2 : la fin de cette dernière est connue à l’avance. Attention spoilers… Pablo Escobar meurt à la fin.

Si la saison 1 de Narcos avait servi à relater la conquête du célèbre narco-trafiquant colombien, la seconde est consacrée à sa chute. Une chute qui sera diablement maitrisée sur tous les fronts, que ce soit narratif ou technique.

Avec Pablo en fuite, la réalisation de Narcos se fait plus immersive et il en découle une intensité encore plus forte. Comme nous le dit si bien l’agent Murphy, ce n’est pas une chasse à l’homme, c’est une invasion. On en viendrait à penser que tout le monde ou presque veut la mort de Pablo Escobar (Wagner Moura). Ses opposants mettent les moyens pour le faire tomber, déterminé à tuer le mal qui ronge la Colombie.

Le tour de force de cette saison 2 de Narcos réside autant dans sa capacité à nous impliquer dans la survie au jour le jour de Pablo et de ses proches que dans sa traque étouffante au point de nous aveugler, comme tout le monde l’a été. Alors que ces affrontements entre le trafiquant et ses adversaires ravagent le pays, les yeux se sont détournés du véritable problème : celui de la drogue.

Les balles fusent, le sang coule, les cadavres s’accumulent de tous les côtés. Chaque épisode qui passe se présente comme une nouvelle étape de passée dans cette guerre qui ne pouvait pas se finir autrement qu’avec la mort de Pablo Escobar. Aux actes ignobles du trafiquant viennent s’ajouter tous ceux commis par les autres dans le but de trouver comment parvenir à l’affaiblir et l’atteindre.

De nombreuses lignes morales sont dépassées, les plus douloureuses étant en compagnie de Steve Murphy (Boyd Holbrook) et Javier Peña (Pedro Pascal). Alors que le premier conserve finalement sa place d’outsider qui renforce habilement son rôle de narrateur, le second est notre compas moral qui s’est déréglé. Peña franchit des limites que l’on peut aisément expliquer. Les deux hommes font ressortir à leur manière les horreurs et l’absurdité de la situation dans laquelle ils se trouvent.

L’équipe narrative de Narcos n’a aucun problème à passer du drame familial à la guérilla puis au travail policier de base pour faire évoluer son récit. Aux moments d’introspection se succèdent de longues scènes à la tension à couper au couteau s’achevant le plus souvent dans un bain de sang.

Narcos - Saison 1 [Blu-ray]
List Price: EUR 25,07
Price: EUR 19,09
You Save: EUR 5,98
Price Disclaimer

L’ensemble peut atteindre son apogée grâce à Wagner Moura qui surpasse sa prestation de la saison 1 en exploitant les faiblesses de Pablo Escobar. Voguant au départ entre le chef ébranlé et le conquérant qui n’a rien perdu de son pouvoir, Pablo se voit retirer à peu près tout au fil des épisodes. Ce contexte est parfait pour creuser les fissures et aller au-delà du monstre pour s’intéresser à ce qui se cachait derrière.

On ne peut alors que rester le regard rivé sur Pablo, fasciné par ce portrait ambivalent et tout ce qu’il représente. Il est également difficile de se détourner de cette chasse intense où personne ne peut trouver de répit tant qu’elle ne sera pas terminée

C’est bien entendu dans cette conjoncture que l’on peut voir émerger le nouvel empire et ce qui occupera les deux prochaines saisons de Narcos (qui ont été commandées). Le cartel de Cali profite de la situation pour renforcer ses positions et reprendre le contrôle du territoire d’Escobar. Ce n’était pas non plus un secret à un certain niveau, mais cela n’en est pas moins subtilement inséré pour nous mener à la triste conclusion de l’histoire de Pablo Escobar.

C’est bel et bien dans les dernières minutes de cette saison 2 que Narcos dévoile entièrement son jeu et pousse à tout mettre en perspective – ce qui est passé et ce qui est à venir. En nous posant le Cartel de Cali comme une organisation criminelle encore plus puissante, elle rappelle que Pablo Escobar n’était que le début et que, en se concentrant sur ce dernier, nous avons permis à un monstre plus gros de voir le jour. De quoi donner des frissons.

Si la première saison de Narcos était réussie, elle souffrait sans aucun doute de devoir relater de nombreux évènements en un laps de temps trop court. En se focalisant sur la traque de Pablo Escobar (soit 18 mois contre 10 ans en saison 1), la seconde se voit délester de ce problème et prend le temps qui lui est nécessaire pour explorer plus intimement ses personnages et alimenter son suspense. L’ensemble est une réussite qui aura posé les premières pierres d’une histoire qui a encore des répercussions de nos jours. La guerre contre le trafic de drogue ne fait que commencer.

Tags : Netflix Narcos Wagner Moura moins...
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link