Un homme est retrouvé mort dans sur le chantier de construction d’un immeuble. Après que l’équipe de Gibbs ait fait son travail, Palmer reste avec le corps pour l’emballer. Un homme subtilise alors le passeport du mort. Jimmy le poursuit, mais va se faire tirer dessus.

La saison touche presque à sa fin, mais, contrairement à la saison dernière, nous n’avons pas le droit à un épisode creux et plutôt ennuyeux, mais au premier épisode centré sur Jimmy Palmer. L’assistant du docteur Mallard n’est certes pas le personnage le plus intéressant de la série, mais il a su trouver sa place au fil des saisons. Cet épisode montre bien qu’il a gagné l’intérêt du public, mais aussi des créatifs de la série.

Pour le mettre au cœur d’une histoire, on ne pouvait pas avoir une affaire d’espionnage ou criminelle quelconque, car il fallait que ça colle avec le profil de Palmer. Celui-ci n’est qu’un légiste, et sa vie n’est pas remplie de mystères. Le peu d’épisodes tournant autour de Ducky prouve que le matériel pour ce type de personnage n’est pas ce qui est le plus prisé par les auteurs de la série. Soit, nous allons donc avoir ce brave Jimmy dans la peau d’un témoin.

L’enquête suit les procédures habituelles. Rien de bien surprenant de ce côté-là. Tout le monde joue sa part, Tony étant quand même bien en retrait. Leon Vance nous annonce qu’il s’en va prochainement, cela tombe bien, la directrice sera là pour le double épisode de fin. Abby s’exerce à l’hypnose, sans grand succès. Bref, peu d’excentricité et de surprises, d’ailleurs, la présence de John Hughes au début de l’épisode nous laisse croire qu’il va être suspect à un moment ou un autre, c’est bien le cas. Ce n’est pas totalement prévisible, mais presque.

Palmer a donc risqué sa vie, mais n’arrive pas a identifié le tireur, bien qu’il tente de le faire durant presque tout l’épisode. À la fin, tout se débloque rapidement, la conclusion se faisant dans un acte de bravoure du légiste.

Au final, certes, ce n’est pas le plus captivant des épisodes, ni le plus novateur, mais l’intrigue se déroule de manière assez fluide, et le fait qu’un personnage secondaire se retrouve au premier plan permet de donner à l’ensemble un peu de fraicheur.