DiNozzo enquête sur la disparition d’un lieutenant à bord du Seahawk. Quand McGee et Ziva viennent annoncer la nouvelle à sa femme, ils l’a retrouvent morte.

Après avoir ramené Ziva et McGee dans l’équipe, la semaine dernière, il fallait encore trouver le moyen de faire de même avec DiNozzo, toujours coincé sur un porte-avion. Il n’y a donc pas vraiment de surprise à découvrir que l’affaire de la semaine va faire cela.

Pour emballer le tout, nous avons une histoire de meurtres multiples. Il faut le reconnaître, l’ensemble est plutôt bien construit et ne précipite pas les évènements. L’enquête est construite comme toutes celles de la série. On retrouve tous ses codes, de l’examen du cadavre aux interactions entre les personnages. En fait, DiNozzo n’est pas encore officiellement de retour dans l’équipe, mais c’est tout comme.

D’ailleurs, la machine est tellement bien huilée qu’il n’y a pas grand-chose à redire. Le coupable apparaitra évident pour les sériephiles qui reconnaîtront sans tarder un acteur qui parait dès lors sous-exploité, et donc, porte presque une étiquette « coupable » sur le front. Mais ce n’est pas grave, car la série souffre souvent de l’effet guest star sans que cela n’ait jamais véritablement été nuisible. En parlant guest, Chris Mulkey joue le capitaine du Seahawk, mais cela n’a pas de rapport avec le reste.

Bref, à côté de tout ça, on commence à nous glisser quelques trucs, comme le fait que McGee est un peu rouillé, mais s’est encore amélioré dans son domaine de prédilection, ou encore que Ziva a une histoire à raconter sur les 4 mois passés chez elle, mais qu’elle ne le fera pas tout de suite. On reprend d’ailleurs le petit jeu de séduction entre elle et DiNozzo, un petit quelque chose qui ne m’a pas toujours inspiré confiance, mais qui, s’il reste à l’état actuel, donne de bonnes scènes.

Gibbs va finalement retrouver son équipe au complet, et dès le prochain épisode, tout sera reparti comme en 40. De manière générale, il n’y a rien à redire sur ce second épisode de la saison, c’est du bon NCIS.