Danny Price, l’ancien partenaire de Tony, est la dernière victime du Port-to-Port killer. Comme pour les précédents meurtres, les indices sont limités. Tony plonge dans ses souvenirs pour gérer la situation.

Après l’épisode sur Vance qui nous racontait ses débuts au NCIS, c’est au tour de Tony de voir son passé exploré afin que l’on assiste à son recrutement, mais surtout, à sa toute première rencontre avec Gibbs.

Tony était policier à Baltimore avant de rejoindre le NCIS. C’est une partie de l’histoire que l’on connait déjà, mais sa réorientation professionnelle était un mystère. Pour l’aborder, cet épisode va nous placer une nouvelle victime du Port-to-Port killer entre les mains : Danny Price, l’ancien partenaire de Tony.

L’épisode va donc alterner à partir de là entre les scènes dans le présent qui suivent l’investigation, et celles dans le passé qui nous parlent d’une autre enquête qui se déroulait à Baltimore et durant laquelle Gibbs est intervenu. Étonnement, même si les enjeux sont plus importants, ce n’est pas la chasse au tueur qui prend le dessus – peut-être parce que l’on sait qu’il ne se fera pas arrêter là.

En tout cas, le passé de Tony est plein de détails qui vont satisfaire les fans de la première heure. De son style vestimentaire à l’évocation de fiançailles, il y a un effort tout particulier de fait pour combler une partie de l’histoire qui ne fut que vaguement évoquée et qui recèle finalement encore beaucoup de mystères. L’idée est clairement ici de nous montrer à quel point ces évènements à Baltimore et les années qui ont suivi ont changé Tony. Dans ce processus d’exploration du passé, Gibbs est lui aussi bien mis en avant, même si, de son côté, cela s’accompagne plus d’une pointe de comédie. Et pour conclure sur cette époque révolue, le passage de l’agent Pacci prend par surprise, mais est indéniablement l’un des détails les plus notables de voyage dans le temps.

Dans le présent, l’investigation va posséder quelques twists bien amenés qui vont finir par rendre l’ensemble moins important qu’on aurait pu le croire au départ, mais qui ont le mérite d’offrir à cette partie de l’histoire un intérêt minimum. De plus, Ziva, McGee, Ducky, et Abby ont de cette manière l’opportunité d’être assez présents, eux qui sont naturellement exclus des flashbacks.

Globalement, Baltimore se présente donc comme un épisode construit pour les fans de la série. L’initiative est intéressante, même si elle est un peu tardive. Cela dit, le résultat est incontestablement satisfaisant.