Le meurtre d’un ancien membre de l’armée va pousser Gibbs à demander l’assistance du père de Tony pour infiltrer une soirée mondaine où se réunissent des marchands d’armes.

Anthony DiNozzo Sr. : We are DiNozzos, we don’t communicate well.

Nous sommes en plein milieu des Sweeps et ça se voit, car NCIS affiche les guest stars. Cela dit, il n’y en a qu’une seule qui compte vraiment, Robert Wagner, qui reprend son rôle d’Anthony DiNozzo Sr. Ce n’est d’ailleurs probablement pas la dernière fois, car cette relation père/fils est certainement le meilleur angle de développement trouvé pour Tony et les scénaristes semblent en avoir bien conscience.

L’épisode débute cependant par tout autre chose, un meurtre, comme d’habitude. Le corps retrouvé nous mène à DiNozzo Sr., puis à une affaire radioactive mêlant un businessman suisse vivant dans l’ombre et laissant son empire entre les mains d’un personnel un peu douteux.

Les clés de l’enquête sont délivrées assez tôt et tout ce qui manque ce sont les preuves. Pour le coup, Ducky ne fera que le minimum syndical, mais une de ses brèves apparitions laisse perplexe, surtout devant l’absence de réponse de Gibbs. Ceci est peut-être anodin, ou non.

Abby, de son côté, participera au bon moment, mais sans en faire plus, tout comme McGee. De toute façon, l’attention est rapidement tournée vers les DiNozzo. Gibbs, lui, est là pour maintenir la cohérence de l’intrigue afin que l’on garde en tête les enjeux de l’affaire.

Tony et son père, donc, c’est une relation bien moins compliquée qu’il n’y parait, mais c’est tout de même une source intéressante pour comprendre pourquoi Tony est comme il est. Entre sa relation avec Gibbs, sa recherche d’affection, et son besoin d’attention, il n’est pas nécessaire d’être psychiatre pour décrypter ce qui se cache derrière tout ça une fois qu’on le voit en contact avec son père.

Cela dit, ce qui fait que ça fonctionne à l’écran, c’est Robert Wagner qui semble toujours autant s’amuser dans le rôle et cela déteint sur ceux qui l’entourent. Sur Tony, bien entendu, mais également sur Ziva qui aura d’ailleurs l’opportunité de nous rappeler qu’elle ne s’est pas totalement ramollie dernièrement, même si tout pouvait le faire penser.

En tout cas, bien que l’épisode souffre légèrement d’une investigation qui ne décollera pas, le show est assuré par les DiNozzo et, arrivé à ce point dans la série, c’est un peu le genre de chose qui fait que ça fonctionne encore.