NCIS – Broken Bird (6.13)

Alors qu’il est sur une scène de crime, Ducky se fait agresser par une jeune femme afghane qui l’accuse d’avoir tué son frère. Gibbs va devoir fouiller dans le passé de son ami pour découvrir la vérité.

Cela faisait bien longtemps que Ducky n’avait pas été au centre d’un épisode. Pour l’occasion, nous allons revoir Torri Higginson qui reprend le rôle de la légiste, Dr. Jordan Hampton – cf. 5.04 Identity Crisis . Cette dernière a semble-t-il développée une relation avec son collègue du NCIS.

Mais ce n’est pas véritablement le présent qui compte, mais ce qui s’est passé il y a deçà plus de 20 ans, quand Ducky était posté en Afghanistan. La vérité finira par être révélé au grand jour, et comme d’habitude, on se retrouvera avec un Dr. Mallard enclin à prendre la totale responsabilité pour les faits commis par autrui. Ce n’est pas la première fois, car il a un sens de la culpabilité des plus élevés, ce qui fait que, même si on devine qu’il est innocent, il est difficile de savoir qu’elles sont ses fautes et surtout, qu’est-ce qui c’est réellement passé.

C’est là que se trouve toute l’enquête de l’épisode, mené principalement par Gibbs. Le reste de l’équipe ne reste pas là à rien faire, mais leurs actions sont justes là pour donner l’impression qu’ils ont un rôle à jouer dans l’histoire. De même, l’épisode s’ouvre avec une énième blague sur la geekitude de ce brave McGee, mais à part une ou deux références éparpillées par la suite, cela ne sera pas véritablement utilisé, sauf peut-être dans une sorte de parallèle bancal avec l’intrigue principale.

Gibbs, donc, va faire appel à Trent Kort – devenu notre figure représentative de la CIA – pour obtenir le « dossier » Mallard. Celui-ci est assez épais et recèle probablement de quoi alimenter de futures aventures, mais en attendant, il ne sert qu’à fournir de quoi forcer un peu Ducky à se révéler. Ce n’est pas un mal, l’épisode se construit petit à petit, non pas sur des preuves, mais sur la reconstitution de l’histoire menée par Gibbs. C’est parfois un peu frustrant, car Ducky a toutes les réponses et il faut attendre qu’il soit poussé à bout pour les délivrer.

Au final, notre légiste préféré a droit à un peu d’attention et c’est ce que l’on retiendra le plus de cet épisode. Certes, l’histoire n’est pas dénuée d’intérêt, mais le tout repose sur des non-dits qui n’entretiennent que moyennement le suspens. On connaît trop bien les personnages pour vraiment croire dans une quelconque culpabilité. Malgré cela, il faut reconnaître que cela passe assez vite, mais une meilleure utilisation du casting n’aurait pas fait de mal.

Pour finir, Trent Kort a fait un cadeau à Gibbs : le dossier de Vance. Lui aussi a besoin que l’on s’intéresse un peu à lui, et ceci nous annonce que c’est pour bientôt.