NCIS - Code of Conduct (7.05)

Un Marine connu pour son humour des plus envahissants est retrouvé mort à Halloween. L’équipe de Gibbs découvre que ses gags pourraient être à la source de son meurtre.

Comme tous les ans maintenant, nous avons le droit à un épisode Halloween. Cette année, il est plutôt léger sur le côté folklorique de la fête l’utilisant pratiquement uniquement pour servi de toile de fond au meurtre de la semaine.

Cela accompagne le retour officiel de Ziva qui est désormais probie. Une bonne idée qui permet à DiNozzo d’abuser de sa position et qui offre donc un léger changement dans le rapport de force traditionnel dans l’équipe.

Côté investigation, c’est probablement ce qu’il y a eu de mieux depuis la reprise. Pas mal de suspects et des pistes toutes relativement convaincantes. Le fait que l’on ne devine pas le qui et le pourquoi dès le départ est assez positif. De même, il est appréciable d’avoir un peu d’imagination du côté de l’arme du crime, ce qui offre à Palmer et Ducky quelques bons dialogues et des situations sympathiques. Abby n’en tirera pas vraiment profit par contre, ce qui est étrange vu que les épisodes Halloween avaient souvent été utilisés à son avantage. D’un autre côté, je ne m’en plaindrais pas, car je trouve que le personnage mériterait d’être quelque peu retravaillé, la faire sortir de ses éternelles routines ne lui ferait pas de mal.

À part ça, il n’y a pas grand-chose à ajouter sans commencer à trop en révéler. On notera juste que comme d’autres acteurs de Generation Kill, Brian Wade – jouant ici le Marine Private David Singer – ne semble pas en avoir fini avec les rôles de militaires.

En conclusion, c’est dans l’ensemble un bon épisode, nous délivrant du NCIS standard, mais bien pensé, avec sa touche d’humour, ses quelques lourdeurs et un scénario efficace et bien calibré qui tire profit des personnages.