Un braquage de banque à Quantico se conclut par la mort du gardien de sécurité. L’équipe de Gibbs accueille un nouvel agent pour l’évaluer.

Les premières enquêtes de la saison étaient un peu molles, pas forcément très inspirées, mais il semble que depuis le précédent épisode, les scénaristes se sont un peu réveillés et nous offrent du NCIS comme on devrait toujours en avoir.

Une critique qui commence comme ça est encourageante, et il faut bien dire que même si cet épisode n’est pas dénué de petits défauts, il est assez bon.

L’enquête de la semaine tourne donc autour d’une affaire de cambriolage à Quantico. Entre l’armée et le FBI, difficile d’imaginer qui oserait faire ça, ce qui ne facilite pas l’enquête. Ça, et le fait que Gibbs a le droit d’avoir un nouvel agent pour l’assister.

Ce qui est plutôt bien fait, c’est que ce nouvel agent va servir à développer, non pas l’histoire, mais les personnages, en particulier Gibbs. Ce dernier doute de lui, de son jugement depuis l’affaire de la taupe dans son équipe qui avait mené à la mort de l’agent Brent Langer. Difficile dans ce cas d’accepter de faire une nouvelle évaluation, mais plus que ça, il va finir par se questionner sur son erreur. En gros, le problème est qu’il n’a jamais cru que Langer était coupable et croiser Lee dans les couloirs va ramener tout ça de manière encore plus vive. L’épisode se conclura de manière assez claire sur son état d’esprit et nous laisse penser que toute l’affaire va bientôt refaire surface.

À côté, nous avons donc Dwayne Wilson, nouvel agent du NCIS. C’est assez surprenant, mais Tony ne va pas être insupportable avec lui, au contraire, même si les premiers contacts ne sont pas amicaux, il va rapidement faire preuve de professionnalisme avec lui, et surtout, de maturité, ce qui est assez rare pour le spécifier.

Pour finir, l’enquête n’est pas la plus originale qui soit, mais elle n’est pas non plus la plus prévisible. Elle a tendance à être secondaire, tout en restant le moteur de l’épisode. Cela permet d’éviter de trop se heurter à des routines scénaristiques qui auraient pu servir à gagner du temps.

Un épisode qui se montre donc intéressant et qui est aussi assez divertissant. Du bon NCIS en somme.