NCIS - Good Cop, Bad Cop (7.04)

Des pêcheurs tombent sur le corps d’un Marine, ce qui pousse le NCIS à enquêter sur ce qui est réellement arrivé à Ziva avant qu’elle ne se fasse capturer en Somalie.

On aurait pu penser que toute cette histoire avec Ziva serait terminée ou, au moins, mise de côté pendant quelque temps, mais il semble que l’idée est de définitivement l’enterrer. Pour y arriver, on nous sert un épisode qui a pour but d’éclaircir toutes les zones d’ombres possibles et qui aboutira, forcément, par la réhabilitation en bonne et due forme de l’agent David.

Donc, on a un cadavre, celui d’un Marine, le Marine Staff Sergeant Daniel Cryer joué par Erik Palladino. Sa découverte mènera au Damoclès, un bateau qui était censé conduire Ziva et son équipe en Somalie. Mais voilà, tout le monde est mort à bord et il faut découvrir comment cela s’est produit.

L’introduction de Cryer dans l’histoire est uniquement là pour justifier que le NCIS se charge de l’investigation, mais il trouvera quand même sa place dans une intrigue plus simple qu’on voudrait nous le faire croire. Pas grave, on a l’habitude avec la série, quand il s’agit de mêler le Mossad et autre CIA, on passe plus de temps à chercher le menteur que la vérité qu’il cache. Ici, ce n’est pas totalement le cas, mais on n’en est pas très loin.

Le fait est que tout le monde s’active à trouver une preuve quelconque qui devrait pouvoir donner du crédit à Ziva. En attendant, on nous raconte en flashback la mésaventure marine. Ce n’est pas le plus captivant qui soit, vu qu’on sait qu’à la fin l’équipage meurt. Le problème à ajouter à ça, c’est qu’au final, Gibbs reste très passif, et pas seulement parce qu’il laisse Vance faire l’interrogatoire. De plus, on ne sort pas des locaux et pour occuper un peu Tony et McGee, on nous balance un running gag sans conviction.

Bref, nous avons finalement ce qu’on attendait : que tout ce qui s’est produit soit mis derrière afin que l’équipe se reforme. Ce fut un peu laborieux, mais pas forcément désagréable à suivre, même si ce n’est pas très palpitant au final.