NCIS – Hide and Seek (6.19)

La femme d’un Marine trouve une arme dans la chambre de son fils. Le NCIS y découvre des traces qui prouvent qu’il a servi dans un meurtre et part à la recherche du mort.

Le concept de l’épisode du jour est de faire courir une partie de l’équipe après des cadavres, tandis que l’autre cherche à savoir qui à tiré avec l’unique arme à feu qui a servi dans tous les cas. L’idée a dû venir au scénariste à l’occasion d’une rétrospective de Gun. Enfin, si je me souviens bien, le pistolet était identique en apparence, mais ce n’était pas la même.

Mais je digresse.

Tout commence donc par la découverte de l’arme et s’enchaine sur la recherche du mort auprès duquel elle aurait été trouvée. Seulement, ce n’est pas le bon cadavre, ni la bonne timeline. Tony et McGee d’un côté, Ziva et Gibbs de l’autre, et ça se mélange. Bref, l’ensemble se révèle dynamique et rythmé par les nombreuses découvertes qui ne cessent de réorienter l’investigation.

Le résultat est au final plutôt bon et, même si l’on voit une partie de la chute venir, tout n’est pas prévisible, loin de là.

Le running gag de l’épisode tourne autour de McGee qui doit remplacer les clubs de Golf de Ducky sans que celui-ci s’en rende compte. C’est au début un peu redondant et finalement plutôt en retrait – ce qui n’est pas une mauvaise chose – mais la conclusion est vraiment réussie et inattendue.

Au final, c’est un très bon épisode dans lequel on retrouve les meilleurs éléments qui font la force de la série, à savoir, une excellente maitrise de l’alchimie entre les personnages, des dialogues qui font mouche et une enquête aux rebondissements multiples, maitrisés et efficaces et qui mènent à une résolution qui n’est pas trop bateau. Le tout avec un peu d’humour. Le seul défaut est peut-être dans le labo d’Abby où les scènes servent plus de remplissage qu’autre chose.