NCIS – Legend (2/2) (6.23)

À Los Angeles, Gibbs et McGee continuent d’assister le NCIS local dans la traque d’une cellule terroriste. Michael Rifkin, l’ami de Ziva, se retrouve plus qu’impliqué et Tony craint que sa collègue n’ait des problèmes.

Suite et fin, donc, de cette introduction au possible (probable) spin-off de NCIS. En fait, plus que ça, cet épisode met en place des éléments pour la fin de saison, ce qui nous laissera avec quelques inachevés.

Finies les présentations, nous sommes maintenant au cœur de l’action, l’agent Callen en particulier. De manière générale, Gibbs, McGee et le reste de l’équipe se mettent légèrement en retrait pour donner aux nouveaux personnages l’opportunité de s’imposer. Ceci n’est pas facilité par une enquête déjà bien entamée, mais, surtout, par l’ajout de Michael Rivkin au centre de toute l’affaire.

Il est le fameux « ami » de Ziva, mais, également, un agent du Mossad aux techniques plus qu’expéditives. Comme souvent dans la série, quand des services de renseignements sont impliqués, CIA ou autres, on nous instaure une couche de mystères et de sous-entendus. C’est principalement cela qui viendra perturber l’intrigue, car cela nous emmène à nous questionner sur tout autre chose – qui prendra donc place dans les épisodes suivants.

Pour revenir à Callen et ses collègues, ils se montrent ici bien plus effectifs et moins tape-à-l’œil. Le personnage de Nate Getz, le psychologue, est un peu poussif. Certes, sa présence permet de faire une différence avec le style habituel du show – important pour le spin-off -, mais il est un peu trop intrusif. Cela est fait pour consolider la relation entre Macy et Gibbs qui n’avaient pas pour autant l’obligation d’être aussi ancrées dans la mythologie de la série.

Bref, il n’y a de toute façon pas de place pour tout le monde et s’il y a une suite, nous aurons l’occasion d’en découvrir bien plus. La fin crée d’ailleurs le besoin, car on nous laisse avec une scène-choc.

Dans l’ensemble, les éléments du spin-off se montrent convaincants, même s’il faudra clairement marquer une séparation plus conséquente avec la série mère pour qu’il y ait un intérêt réel dans le projet. L’épisode est bien rythmé et l’intrigue tient debout. La fin de saison commence à se mettre en place, et cela ne s’annonce pas facile pour Ziva. À suivre.