Le NCIS enquête sur la mort d’un Marine, tué par balle. Sur les lieux du crime, un autre corps fait surface, celui d’un homme sous protection du FBI.

NCIS est de retour avec une enquête qui ne va pas être très axée sur le militaire. En fait, le pauvre officier se faisant tuer était juste au mauvais endroit au mauvais moment. Il est donc quasi instantanément relégué au second plan, éclipsé par le second cadavre, celui d’un criminel devenu informateur pour le FBI (cf. Nine Lives – 6.05).

Qui dit FBI, dit Fornell. Ce dont en soi, je n’irais pas me plaindre, rien ne vaut quelques scènes entre lui et Gibbs. Si ce n’est que cette fois-ci, même si l’affaire qu’ils ont à résoudre n’est pas petite, elle n’est pas non plus de grande envergure, ce qui fait que la dynamique entre les deux hommes n’est pas véritablement exploitée.

En fait, après quelques semaines sans inédits, Moonlighting se révèle être un épisode assez classique de NCIS dont la principale originalité se trouve dans le retour de l’agent Susan Grady (cf. The Inside Man – 7.03), en charge des polygraphes – ou pour mieux situer, celle qui avait le béguin pour McGee. De toute façon, l’épisode se charge bien rapidement de nous expliciter qui est Grady, qui se retrouve au cœur de l’histoire une fois que ses autres collègues – de son autre travail – soient morts.

Susan est douée avec sa machine et réussit grâce à celle-ci à cerner le comportement des gens, mais se trouve être le complet opposé de Gibbs qui réussit à cerner vérités et mensonges sur son seul instinct. Grady va donc avant tout s’affirmer dans le décor grâce à son absence de confiance et son incapacité à comprendre ce que les autres pensent. À l’évidence, elle ne ferait pas de mal à une mouche, et tout ce qui l’intéresse, c’est McGee, qui n’est pas franchement réceptif. Susan va alors fournir quelques scènes plutôt drôles, mais cela ne va pas aller plus loin.

Moonlighting possède ses bons moments et cela fait plaisir d’avoir de l’inédit à se mettre sous la dent, mais l’ensemble est un peu trop basique pour s’affirmer. Dommage que pour son retour, NCIS nous offre à l’arrivée un épisode qui ne va pas réussir à sortir du lot.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire