Un Marine est retrouvé mort après avoir été torturé. Le premier suspect est sous la protection du FBI pour qu’il puisse témoigner contre un criminel d’envergure international. Fornell en charge du dossier n’est pas enclin à aider.

L’histoire commence sur la découverte du corps d’un Marine torturé et se retrouve vite emmêlée avec une enquête fédérale menée par Fornell. Tout ce fait rapidement, car même si cela prend un sens à la fin, la combine était de permettre à l’agent du FBI de travailler avec son vieil ami Gibbs. Il faut bien, de temps en temps.

Le coup du criminel insaisissable ressemble plus à une facilité qu’à autre chose, mais ça peut encore passer, c’est NCIS, one ne s’attend pas toujours à avoir des enquêtes super bien ficelées. En fait, au niveau de l’investigation, à l’exception d’un ou deux petits trucs utilisés par l’équipe, tout tourne autour du témoin clé. Quelque chose cloche dès le départ, donc, là encore, pas vraiment de surprise.

Le problème est donc que l’enquête n’est pas vraiment mise en avant, bien au contraire, et avec deux corps de Marines torturés, c’est un peu dommage. L’angle choisi n’est pas forcément mauvais, au contraire, on y trouve ce qu’il faut pour rythmer l’épisode et lui donner des enjeux intéressants, mais le fait est que l’équipe est un peu mise au rencard. De plus, entre Tony qui ne veut savoir qu’une chose – ce que Ziva lui cache – et Abby qui n’a qu’une seule preuve à examiner et qui divague complètement, on ne sent pas spécialement l’investissement dans le travail.

L’épisode était donc perfectible, sans trop se forcer, mais le résultat final n’est pas mauvais pour autant, surtout que le dénouement de l’enquête surprend un peu, ne tombant pas dans la happy end qui semblait inévitable quelques minutes plus tôt.

Pour finir, ce début de saison ne donne pas franchement beaucoup de scènes intéressantes aux personnages secondaires, en particulier Abby, mais surtout Ducky. C’est un peu dommage, en particulier pour le second qui en est réduit à 5 lignes de dialogues, maximum, par épisodes. Pour un personnage si bavard…