Vance demande à Gibbs de s’occuper de l’interrogatoire d’un adolescent qui est accusé du meurtre de son père, un Marine retraité. Gibbs va alors tenter d’obtenir une confession, mais n’arrivant à rien, il commence à chercher un angle différent.

NCIS s’essaie à un petit changement dans sa formule, le temps d’un épisode. Au lieu d’aller au crime, c’est lui qui vient au NCIS. Il s’agit surtout de mettre un point final à une investigation menée par la police locale. Un militaire à la retraite a été retrouvé mort chez lui et tout le monde est persuadé que c’est son fils qui est le coupable. Les preuves ne sont cependant pas suffisantes pour assurer une condamnation et un aveu signé est alors tout ce qui peut garantir que le procureur obtienne la conclusion qu’il cherche.

Le NCIS entre donc en action après les faits, parce que Vance veut rendre un service à un ami. Bien entendu, depuis que le directeur est en froid avec Gibbs, tout ce qu’il dit apparait comme à moitié suspicieux et il ne sera pas étonnant de découvrir à un certain point qu’il n’a pas vraiment tout dit, mais juste ce qu’il fallait pour que Gibbs se mette au travail.

Gibbs, justement, va rester égal à lui-même et ne va pas se contenter de faire ce qui lui a été commandé. On n’en attend pas moins de lui et cela donne l’opportunité aux autres personnages d’étoffer l’histoire en entreprenant une vérification des faits.

La dynamique est dès lors assez différente de ce qu’un épisode traditionnel du show nous sert, une question de rythme surtout.

La relation de confiance qui va finir par naitre entre Nick, le suspect, et Gibbs va apporter une certaine sensibilité à une affaire qui est abordée avec un angle trop direct pour permettre cela au départ. Une bonne partie de l’épisode se concentre donc sur l’interrogatoire, ce qui impose une atmosphère parfois légèrement étouffante, mais qui a le mérite de crédibiliser l’ensemble.

Globalement, le concept nous sort certes de l’approche habituelle de la série, mais ne s’en éloigne pas autant que ça, finissant par revenir aux bases du show. Cela dit, à ce point, il semble surtout qu’il n’était pas tant question de prouver une culpabilité ou une innocence, mais d’agrandir un peu plus le fossé qui se creuse entre Vance et Gibbs.

Sur ce point, on peut encore difficilement déterminer ce qui est prévu, mais la fin de saison s’annonce assez tendue à ce niveau.

Out of the Frying Pan est donc un épisode légèrement différent, mais qui possède bien l’esprit NCIS et qui est construit avec fluidité de façon à ne pas ennuyer et à laisser de la place pour une approche moins énergique, mais tout de même en accord avec Gibbs et sa force tranquille.