Cobb continue d’échapper au NCIS, mais après avoir kidnappé Ziva, il va se rendre. Gibbs tente de découvrir ce qu’il cherche véritablement à accomplir, alors que ses supérieurs distribuent les blâmes.

C’est la fin du voyage pour le Port-to-Port Killer, comme on pouvait s’en douter. L’épisode donc sert en premier lieu à clôturer cette intrigue qui dure maintenant depuis plusieurs semaines et qui n’a plus vraiment beaucoup d’options pour avancer. Cobb doit être arrêté ou tué.

Cela dit, le tueur en série est rapidement transformé en simple accessoire qui a pour but de mettre en valeur des conflits politiques. Ce qui compte finalement ici ce n’est pas tant le fait qu’il doit être stoppé, car on sait que ça ne va pas tarder à se faire, mais ce qui a donné naissance au monstre qu’il est devenu.

On nous délivre ainsi des secrets de la CIA qui trouvent leurs origines au sommet et qui font ressortir des problèmes jusqu’ici plus discrets. L’idée, au final, semble de poser les bases de ce qui devra servir de fil conducteur à la prochaine saison, comme la toute dernière scène de l’épisode le laisse entrevoir.

En attendant, Gibbs mène la chasse et nous donne tout ce qu’on pouvait espérer de lui. Cobb va tout de même être là pour apporter quelques twists inattendus. De cette manière, il entretient un certain rythme qui n’empêchera pas plusieurs passages de paraitre trop prévisibles, mais qui fera que l’on ne s’arrêtera pas vraiment dessus.

Le fait que Gibbs reprenne définitivement les reines de l’investigation simplifie l’ensemble, car l’agent du NCIS a un talent indéniable pour ne pas prendre de détour et pour ne pas entrer dans les jeux de ses supérieurs ou de la CIA. Il a un but à atteindre et il nous entraine avec lui sans perdre de temps. Il est tellement direct que l’affaire est bouclée à la fin de l’avant-dernier acte, laissant ainsi un peu de place pour dire au revoir à ceux qui s’en vont, à ceux qui sont morts, et donc, pour ouvrir une porte qui nous mènera à la suite.

Dans un sens, c’est presque décevant de voir comment l’intrigue du  Port-to-Port Killer s’achève, car il y aurait pu y avoir bien plus de tension dramatique. Quand des personnages se font prendre par le tueur, il est difficile de vraiment croire qu’il va leur arriver quelque chose et ça enlève une grosse partie du suspense qui aurait pourtant ajouté à ce final une dimension plus de circonstances.

Pyramid sert donc autant à boucler une enquête qu’à en introduire une autre. Cela nous donne une conclusion qui ne semble pas vraiment en être une, mais qui n’est pas pour autant mauvaise.  On peut juste regretter que les scénaristes se soient plus fixés sur ce qu’ils voulaient faire après que sur ce qu’ils devaient terminer en premier lieu. En tout cas, on a un petit aperçu de ce qui nous attend, à savoir, Gibbs qui est une nouvelle fois mis en retrait et DiNozzo qui a l’opportunité d’avancer dans sa carrière. Reste à voir si cela mène quelque part.