Un officier est retrouvé mort dans un jacuzzi. Sa femme va apprendre au NCIS qu’il était assigné à une mission spéciale, ce qui mènera Gibbs et son équipe au milieu d’une affaire impliquant une grosse somme d’argent, la CIA, et un navire britannique.

Quand Gibbs se lance dans une enquête impliquant la CIA, on se retrouve souvent dans de vieilles routines avec des hommes du calibre de Trent Kort. Heureusement, cette fois, on évite de nous ressortir la même musique, même si l’affaire reste, pour le coup, relativement basique.

Tout commence comme toujours avec la découverte d’un corps. L’officier assassiné avait une mission secrète et il ne va pas falloir longtemps pour qu’on apprenne qu’il y avait également de l’argent au milieu de tout ça. Il y aura quelques twists à ce sujet, car la CIA est donc impliquée, mais les thématiques restent tout de même assez simples.

À ce niveau, on sait que ce qui va faire l’épisode, c’est la relation conflictuelle entre Gibbs et l’officier de liaison britannique, Peter Malloy. Ce dernier aura quelques tours dans sa manche, mais va rapidement se poser pour juste ressembler à tant d’autres personnages de ce type qui ont peuplé la série – avec l’accent en plus. De toute façon, à partir du moment où Malloy révèle son jeu, il perd toute sa substance. C’était d’ailleurs un peu trop prévisible.

Quoi qu’il en soit, Gibbs est énervé avec toutes les procédures et les mensonges, et il va ainsi insuffler un peu d’énergie à l’épisode, car on ne peut pas vraiment compter sur McGee, Tony, ou Ziva, pour le faire en ce début de saison. Le trio est en mode automatique et seule Ziva semble en position d’obtenir du développement avec une storyline romantique secondaire qui, pour le moment, est totalement superficielle et un brin poussive. Mais c’est toujours mieux qu’Abby qui ne parvient même pas à entretenir un running gag du début à la fin, sans parler de Ducky et Palmer qui sont légèrement trop mis en retrait.

Royals and Loyals poursuit la tendance de ce début de saison. On a le droit à une enquête qui tient la route, mais à une utilisation peu inspirée des protagonistes de la série. Ce qui est étrange, car arrivé à ce stade, c’est notre attachement pour les personnages qui maintient l’intérêt du show, alors si ceux-ci sont négligés, que reste-t-il ? Un épisode avec quelques twists dans un ensemble sympathique au plus.