L’équipe de Gibbs se retrouve à enquêter sur un meurtre qui va rapidement être lié à une investigation internationale menée par l’agent Barrett. Ziva reçoit la visite de Ray qu’elle présente enfin à ses amis.

C’est une fin de saison ambitieuse qui se présente à nous dans NCIS puisque nous nous engageons dans une chasse au serial killer qui va s’étaler sur 5 épisodes (celui-ci compris).

L’histoire commence comme d’habitude avec la découverte du corps d’un militaire. La scène de crime est un peu particulière, mais c’est quand l’agent Barrett intervient que les choses se compliquent. On nous dévoile donc ce qu’elle fait là et c’est justement lié à cette investigation. Voilà quelques mois qu’elle enquête sur une série de meurtres, tous étant perpétrés pas la même personne, celui qui est désormais connu sous le nom du Port-to-port Killer, ou P2P comme dirait Abby.

L’idée de ce premier épisode n’est clairement pas de nous engager sur la piste la plus solide qui soit. La récolte des premiers indices est assez maigre, et le principal suspect apparait immédiatement comme étant une voie sans issue.

En fait, il est assez clair que nous avons ici une introduction qui a certes comme but de lancer l’enquête, mais surtout de poser des bases relationnelles entre Gibbs et Barrett. Il y a un conflit de méthodes, de générations, et un manque indéniable de confiance qui donne l’impression que la moindre étincelle pourrait tout faire exploser. Vance n’est ici pas innocent, car il a gardé Gibbs dans le noir jusqu’au dernier moment, à croire qu’il veut le pousser à bout pour s’en débarrasser – mais comme dit Tony, il y a déjà eu plusieurs directeurs, mais un seul Gibbs.

Ce qui est au programme pour Vance, Gibbs, et Barrett, n’est pas encore très clair, mais il est certain que ça aide à poser une ambiance des plus tendues qui va se mêler avec l’urgence de la situation pour nous délivrer ce qu’on peut attendre d’une intrigue de ce type.

À côté, on ajoute un nouvel élément imprévisible : Ray, le fameux petit ami invisible de Ziva qui se révèle être un agent de la CIA. Ce dernier vient avec ses secrets et va étrangement se trouver un rôle dans cette investigation.

Pour l’instant, beaucoup de mises en place, donc. Cela dit, il y a également l’aspect relationnel qui est exploité, entre Tony et Barrett, et entre Ray et Ziva. Cela fonctionne plutôt bien pour les deux premiers, les deux autres souffrent légèrement de l’introduction trop commode de l’agent de la CIA.

En tout cas, Two-Faced se montre assez chargé et a d’ailleurs par moment quelques problèmes à ne pas se disperser, mais cet épisode contient ce qu’il faut pour poser des enjeux suffisants pour cette grosse affaire de serial killer. On nous annonce du danger, d’autres morts, et du suspens. Reste à voir s’il y a vraiment de quoi tenir sur 5 épisodes.