L’équipe de Gibbs enquête sur la disparition d’une enfant kidnappée dans son école sur une base de l’armée. Le grand-père de la victime prend les choses en main. Trois internes rejoignent le NCIS et aident à l’enquête.

Retour à une activité normale pour Gibbs et son équipe avec, en plus, un trio d’internes venus découvrir les plaisirs du travail dans une agence fédérale. Ces trois personnages ne sont là que pour ajouter une touche d’humour et pour mettre en valeur le travail des agents, ce qui est quelque peu accessoire, mais ça apporte tout de même un léger divertissement supplémentaire, surtout pour Palmer. De plus, cela sert clairement à montrer que Gibbs a un peu changé (il n’aurait jamais autorisé ça auparavant), ce qui pourrait bien devenir un thème (intéressant) de la saison.

Bref, l’affaire du jour nous entraine au milieu d’un kidnapping et de secrets d’État.

Tout commence par l’enlèvement d’une petite fille et l’apparition de Nicolas Mason, son grand-père – joué par William Devane – qui montre peu d’espoir. Cependant, ce dernier a ses secrets et va rapidement se révéler être une grosse menace pour les kidnappeurs.

L’enquête va alors dévier, se concentrant en grande partie sur le mystérieux grand-père, laissant la partie kidnapping au second plan. Une approche qui n’est pas mauvaise, car ça permet de réutiliser un classique en y ajoutant un twist qui amène une dose d’imprévisibilité.

Cela dit, plus la vérité fera surface et plus l’épisode évoluera pour reprendre une forme plus standard. Par conséquent, la chute se montre trop évidente, mais l’affaire est tout de même suffisamment bien menée pour que l’épisode n’en souffre pas véritablement.

En tout cas, entre Mason et les internes, les personnages réguliers sont forcés de rester à leur place, Ziva étant même plutôt mise en retrait, tandis que Tony n’a pas vraiment le droit à son traditionnel running gag. Le résultat apparait alors plutôt sobre, ce qui permet à la série de retrouver sa forme normale sans trop en faire.

Il y avait donc une volonté de ne pas refaire une simple affaire de kidnapping et ça fonctionne bien. Avec un peu plus d’ambition, la fin aurait pu être légèrement moins conventionnelle, mais l’épisode reste tout de même de bonne facture.