Alex est désormais libre de vivre dans le monde extérieur. Elle commence à s’installer dans sa nouvelle vie, tandis que Nikita travaille pour désactiver la puce qui lui a été implantée pour la suivre. Elle va avoir besoin de l’agent Fletcher pour y parvenir.

La seconde moitié de saison commence et elle montre une volonté – qui était déjà claire avant – de changer un peu la routine du show.

Finit Alex à l’entrainement, la voilà « libre », dans le monde réel, là où elle peut faire du shopping et rencontrer Nikita sans souci. Cela dit, il y a un obstacle de taille, puisqu’elle a une puce installée pour la suivre et, si besoin est, pour la tuer. La mission du jour de Nikita est donc de trouver le moyen de prendre le contrôle de l’appareil.

Question changement, le pré-générique nous en annonce un autre, étant donné que l’agent Ryan Fletcher devient un joueur officiel. Il est certain que Nikita avait besoin d’aide et Owen sera surement là pour ça quand il y aura de l’action et une boite noire en jeu, mais, en attendant, pour le reste, elle était bien seule. D’ailleurs, maintenant qu’Alex est à l’extérieure, il y avait clairement besoin d’un nouvel angle d’approche pour justifier l’arrivée d’informations. Enfin, il y a des détails à régler et cela va certainement se faire rapidement.

Donc, l’agent Fletcher. Nous l’avons rencontré dans l’épisode Dark Matter (1.10). Il est un analyste de la CIA qui cherche à faire tomber la Division, mais qui n’a pas vraiment les moyens de le faire. Il est un pion et Nikita va lui trouver une utilité et va le manipuler pour avoir accès à Birkhoff.

La storyline possède donc quelques twists, principalement dans ce que cache Nikita, mais il est clair que le but premier est d’imposer Fletcher, car l’ensemble est relativement linéaire et, disons-le, prévisible.

À côté de ça, nous suivons Alex qui doit s’installer dans une vie « normale », ce qu’elle n’a jamais connu. Une petite série de flashbacks nous ramène six ans plus tôt, en Russie, pour nous montrer qu’effectivement, depuis son plus jeune âge, elle n’a pas vécu comme tout le monde. Il est d’ailleurs intéressant de creuser cette partie à ce moment-là, car Nikita lui offre l’opportunité de partir et il faut justifier le fait qu’elle décide de ne pas le faire.

Free sert donc avant tout à poser des bases pour la construction de la suite de la série. Modifier la conjoncture en place depuis le pilote est un risque, dans un sens, mais surtout, ça offre beaucoup de possibilités. Avant de véritablement se lancer, il était par contre nécessaire de donner une crédibilité à ce qui a et va changer. Tout n’est pas très prometteur, comme le voisin d’Alex, directement projeté dans le rôle de l’intérêt romantique, mais peut-être qu’il permettra à la jeune femme d’avancer dans la vie et de ne pas devenir juste une Nikita bis.

L’ensemble délivre en tout cas tout ce qu’on attend au minimum d’un épisode de la série. Un peu plus de suspens n’aurait certainement pas dérangé, car cela nous donne une reprise assez douce, mais l’important était clairement de reconnecter avec les personnages et d’être familiarisé avec la nouvelle dynamique du show. Sur ce plan, ça passe assez bien.