Alors qu’elle pensait que sa sortie était assurée, Alex se retrouve assignée à une mission où elle doit faire équipe avec Jaden. Elles doivent faire exploser un laboratoire d’armes chimiques situé sur la propriété du riche fils d’un président étranger.

Est-ce le bon moment pour Alex de se retirer ? D’après elle et Nikita, la réponse est oui, mais il se trouve qu’elle va avoir une dernière mission à effectuer pour la Division et que celle-ci pourrait bien tout changer.

Depuis trois épisodes, Alex est plus ou moins mise au retrait pour privilégier l’établissement de Michael du bon côté du combat. Elle a donc le droit de se retrouver de nouveau au premier plan pour ce qui est annoncé comme son chant du cygne. Certes, dès le départ on se doute qu’elle ne va certainement pas s’en aller, du moins, de manière définitive. Il y a déjà le fait qu’on nous lançait il y a peu l’idée qu’elle pourrait avoir son agenda personnel afin de se venger et de reprendre les reines de l’entreprise familiale. Ensuite, elle semble s’accrocher à la possibilité d’un avenir parfait avec Nathan, et on sait très bien comment ce genre de chose se termine dans la série – comprendre que s’il survit, il aura de la chance.

Basiquement, l’épisode s’affaire à installer de nouvelles idées dans la tête d’Alex, et celles-ci viennent de Michael. Pour lui, la Division a fait plus de bien que de mal et doit continuer d’exister, car elle peut toujours le faire. La mission du jour en est la parfaite démonstration puisqu’il s’agit d’arrêter la fabrication d’armes chimiques. Nikita a des difficultés à comprendre de son point de vue et il n’est pas mauvais d’introduire de la nuance à ce niveau de l’histoire, afin de montrer que Percy est l’ennemi, mais que les choses ne sont pas si simples que ça.

Quoi qu’il en soit, Alex fait équipe avec Jaden qui semble sur le point de retrouver une place prépondérante dans le show. Elle est rarement parvenue à s’imposer, car elle est coincée dans le rôle bien commode d’antagoniste d’Alex, mais cette mission lui offre la possibilité d’en dévoiler un peu plus sur sa personnalité et ses motivations. Elle pourrait en tout cas devenir une ennemie sur laquelle on peut compter par la suite.

Du côté de la mission, c’est assez bien huilé, même les interférences de Nikita qui poussent Michael à être plus réactif qu’il ne le pensait. Cela entretient le rythme et le suspens, même si sur ce dernier point, les surprises sont plutôt maigres.

Au final, Girl’s Best Friends se fixe un but avec peu de finesse, mais compense grâce à une exécution classique, mais efficace, qui offre aux personnages l’opportunité de percevoir leurs objectifs respectifs sous des angles différents. Cela devrait justifier par la suite une approche un peu moins frontale de la part de Nikita quand elle va s’en prendre à la Division. À quelques épisodes de la fin de saison, c’est une façon comme une autre de calmer le jeu temporairement.