Un vieil ennemi de Michael refait surface et il part en solitaire pour accomplir sa mission, la Division ne pouvant intervenir. Nikita lui propose son aide. Après avoir aidé sa mentor, Alex est dans une position délicate.

Il est donc venu le temps de s’intéresser à Michael, à ce qui l’a poussé à rejoindre la Division, car, contrairement aux recrues de base, il n’a pas été formé par l’agence.

Nous remontons ainsi jusqu’en 2001. Michael avait une famille qui va se retrouver prise au milieu d’une affaire de terrorisme. La suite est facile à deviner.

On arrive alors au moment où Nikita et Michael doivent faire équipe. Un moyen efficace pour tenter de les rapprocher et pour renforcer leurs positions dans le conflit à la base de la série. Et c’est plus que nécessaire, car, depuis le début, Michael semble pris entre les deux camps, doutant aussi bien de Percy que de Nikita, et ce, malgré le fait qu’il ait toutes les cartes en main. Il s’agit surtout de confiance et de soutien.

Quoi qu’il en soit, la façon avec laquelle les deux vont réagir ici va servir à pousser Michael dans un camp, peut-être pas une fois pour toutes, mais il apparait clairement que les enjeux de sa mission dépassent pour lui tout le reste et parvenir à son but est tout ce qui compte. Par conséquent, ce que Nikita et Percy décident de faire se révèle déterminant. Malgré ça, la fin de l’épisode laisse planer le doute sur le camp qu’il a choisi, car tout repose sur sa perception des derniers évènements.

En tout cas, la mission aura le mérite de délivrer une bonne dose de combats, en particulier pour Nikita, et ce, dans un style et une violence qui change un peu des habituels gunfights.

À côté de ça, à la Division, Alex se met dans une mauvaise position. Pour s’en sortir, elle va devoir inclure Jaden dans son plan. Le retour de cette dernière est ce qu’on appellerait une petite surprise, mais Thom étant désormais actif, il est presque logique qu’on la revoie. Cela dit, la storyline manque légèrement d’intérêt, car en parallèle avec ce qui passe dans le reste de l’épisode, la tension n’arrive pas vraiment à prendre.

Au final, cet épisode a un intérêt particulier pour ce qu’il nous apprend au sujet de Michael et pour ce qu’il implique pour la suite. Malgré ça, il y a un côté presque trop calculé dans le déroulement de l’intrigue, certaines scènes souffrent d’avoir une finalité trop évidente. Dans l’ensemble, One Way est tout de même un épisode de Nikita de bonne facture, mais les prémices de son histoire laissaient présager quelque chose de plus ambitieux ou, au moins, de plus intense.