Nikita décide de revenir à sa première mission pour la Division afin d’accomplir sa vengeance. Durant un entrainement, Alex panique. Amanda va alors l’aider à sa manière.

Petit voyage dans le temps pour Nikita qui réécrit un peu l’histoire du personnage, avec la première victime de la tueuse, un officiel du gouvernement.

Et avec 3 ans de loyaux services à la Division, si Nikita veut réparer tous les dégâts qu’elle a causés, elle n’a pas fini. De toute façon, la série est là pour durée et les scénaristes n’ont pas l’intention de précipiter les choses, rappelant comme dans presque tous les épisodes depuis le lancement, que faire tomber son ancien employeur va demander du temps.

Nous n’en sommes pas encore là et Nikita doit commencer par mettre un terme à un trafic d’esclaves venus de Chine. Elle va remonter la filière étape par étape, se faisant remarquer au passage par Michael. Celui-ci trouve une place particulière dans la seconde partie de l’histoire, et pas seulement. Il semble que le personnage soit destiné à être celui qui fera la différence. Plus que son attachement pour Nikita, c’est ici sa loyauté envers Percy qui va en prendre un coup. Lui qui n’a jamais posé de questions, il va commencer à réaliser que jouer à l’aveugle a des limites. Une brèche est clairement ouverte et on peut alors entrevoir beaucoup de possibilités pour l’évolution des relations entre Nikita et Michael, mais surtout, pour la place qu’il pourra assumer dans la chute de la Division.

À côté de ça, Alex va également devoir affronter un fantôme de son passé quand, après avoir paniqué durant un exercice, elle se retrouve face à Amanda. Cette dernière sait se faire discrète et si les précédents épisodes nous ont informés de ses fonctions au sein de la Division, on la découvre plus insidieuse que jamais, forçant Alex à sortir de sa zone de sécurité. La jeune disciple de Nikita montre souvent trop de confiance en elle et cela pourrait bien lui nuire, surtout dans cette bataille psychologique qu’Amanda semble vouloir lui lancer.

Prenant une approche légèrement différente des épisodes précédents, Rough Trade montre que la série pourrait bien trouver sa force dans une lente évolution des personnages, en jouant avec leur passé et leurs motivations, au lieu de tout miser sur l’action. Le mélange est pour le moment efficace et promet à la série d’avoir de quoi tenir sur la durée, sauf si tout se dilue avant d’être convenablement exploité.