Nip/Tuck - Dr. Griffin (6.16)

Sean et Christian entament une thérapie pour régler leurs problèmes avec au programme petits dessins, règlements de comptes, révélations fracassantes et autres mesquineries, sans oublier les interventions de Liz et de Matt.

Nip/Tuck se la joue In Treatment avec cet épisode exclusivement consacré à la thérapie de couple de Sean et Christian où l’on s’attend à tout moment à voir débarquer Gabriel Byrne. Mais c’est Daniel Benzali qui hérite du rôle du psy austère et comme toujours, ce type impose magistralement sa présence alors même qu’il n’a que quelques lignes de dialogue.

Après des semaines à les voir se déchirer, se mentir, se tromper, on assiste  – enfin ! – à une véritable confrontation. Exit les patients métaphores et les coucheries minables, les scénaristes ont finalement compris que le drame réside dans l’affrontement direct. Et c’est du lourd. Pour la première fois depuis la reprise, on a le droit à un vrai bon épisode de Nip/Tuck, un épisode qui a quelque chose à dire et ne se cache pas derrières ses excès outranciers habituels. Pour preuve, tout le monde garde ses vêtements !

Avec son décor unique et son nombre limité de personnages, l’épisode a tout de la pièce de théâtre, un prologue, 3 actes (un par séance au rythme d’une séance par semaine), un épilogue. Et cette construction, au demeurant classique, permet à l’intrigue de ne pas se disperser inutilement. Ce qui compte c’est d’explorer l’état d’une relation passionnelle et destructrice et c’est précisément ce qu’on fait durant 40 minutes.

Les deux chirurgiens mettent donc leur cœur à nu pour essayer de faire comprendre au thérapeute ou à l’autre comment ils en sont arrivés là. Christian, s’il a toujours été un salaud, est également le plus honnête et le plus lucide sur leur relation, Sean, lui, cherche un coupable pour toutes ces années perdues. L’intérêt principal n’est pas tant dans ce qu’ils nous disent, puisque nous sommes déjà au courant, mais dans ce qu’ils se disent et observer la colère de Sean lorsqu’il apprend que Christian a imité sa signature ou la réaction de Christian lorsque Sean avoue sa liaison avec Kimber est une sorte de récompense pour avoir supporté la saison jusqu’ici.

L’utilisation de Liz et Matt, largement oubliés depuis des mois, est l’un des nombreux points forts de l’épisode. Liz a un don particulier pour remettre ses collègues à leur place et la façon dont elle leur renvoie leur propre image est fabuleuse. Et même si l’annonce de sa grossesse arrive comme un cheveu sur la soupe, sa volonté de préserver le lien qui l’unit aux deux autres est à l’image du personnage, tenace et touchante. Alors que la série sombrait dans la médiocrité, elle est le seul personnage à avoir su tirer son épingle du jeu. On ne peut pas en dire autant de Matt. Mais cet épisode permet au gamin pitoyable qu’il est de grandir un peu et de tenir enfin tête à ses parents. L’introduction de sa nouvelle fiancée nous prouve que Matt a juste besoin d’être cadré. Son salut passe donc par l’éloignement, une évidence pour qui regarde la série ! On aurait juste aimé qu’il prenne cette décision plus tôt, genre 3 saisons plus tôt.

Et alors même qu’on avait oublié quel genre de série on regardait, Nip/Tuck se rappelle à nous d’une façon brutale et choquante (un peu à l’image du vampire qui surgit dans la morgue dans l’épisode The Body de Buffy et nous rappelle ainsi qu’on est dans une série fantastique). La dernière phrase qui joue sur le traditionnel « tell me what you don’t like about yourself » clôt parfaitement l’épisode.

Est-ce parce qu’il rompt avec la formule standard et usée de la série qu’il est aussi bon ? En tout cas, Dr. Griffin est certainement l’un des meilleurs épisodes de la série depuis un très long moment et pour le spectateur lassé que je suis, c’est une incroyable surprise.

avatarUn article de .
0 commentaire