Nip/Tuck – Gene Shelly (5x16)

La chimio met Christian à rude épreuve si bien que Liz s’occupe de lui et finit par un étrange concours de circonstances par coucher avec lui. Julia et Matt découvrent que Sean simule son handicap.

Y a-t-il encore quelqu’un pour sauver Nip/Tuck ? Cette série touche le fond avec un tel fracas que ça fait de la peine à voir !

Là où il y avait matière à repartir sur des bases un peu plus saines, voire une histoire d’amitié plutôt belle et forte, le scénariste choisit la provoc pure et dure qui ne veut rien dire.

Si tout l’épisode semble surréaliste, la scène la plus incroyable est quand même celle de « l’accouplement » (il n’y a pas d’autre mot tellement c’est mécanique) de Christian et Liz, lequel dans un soi-disant sommeil lui monte dessus et fait ce qu’il a à faire.

Sauf que non, le bonhomme ne dormait pas du tout. Liz est outrée mais en profite quand même pour se poser des questions sur sa sexualité jusqu’ici un peu trop affirmée d’ailleurs.

On a bien compris que le thème de l’épisode s’il y en a un est la confusion des genres (le patient de la semaine est un homme pris pour une femme alors que son épouse a un pénis !) mais il y avait peut-être une façon moins lourde de l’expliciter.

C’est d’ailleurs à cette fin qu’a été introduit le personnage de Raj, un élève de Sean qui assiste nos chirurgiens plutôt mal en point l’un comme l’autre. Naïf, pur, ce jeune garçon au phrasé très « Teal’cien » (il énonce les noms entiers de ses collègues) a un très joli échange avec Liz à propos du fait de rentrer dans une case précise sexuellement parlant. Mais la démonstration n’en demeure pas moins caduque.

Notons aussi le retour l’air de rien de Kimber et Julia qui ne servent strictement à rien et l’évocation d’Olivia (toujours en couple avec Julia donc) et de la fille de celle-ci, Eden qui vit désormais avec Kimber et Ram, son producteur de films pornos.

Quand on vous dit que c’est n’importe quoi !

avatarUn article de .
0 commentaire