Nip/Tuck - Joel Seabrook (6.13)

Sean contacte un ancien camarade pour se lancer dans l’humanitaire. Christian essaye d’atteindre l’ultime orgasme par pendaison et Kimber ne sait plus quoi faire pour satisfaire son homme.

Difficile de dire quoi que ce soit de constructif sur cet épisode dont l’intérêt principal réside dans ses cinq dernières minutes. Sean continue d’explorer ses options maintenant qu’il est libéré de Christian et Christian se noie dans ses péripéties sexuelles, rien de bien extraordinaire.

En ce qui concerne Sean, les épisodes précédents se sont déjà concentrés sur sa nouvelle quête d’identité, il n’y a donc rien d’étonnant à ce qu’il rappelle son ancien camarade de fac retrouvé 2 épisodes plus tôt pour s’engager dans un projet humanitaire. Malgré la réalisation prochaine de ses ambitions, Sean garde un côté aigri qui ne sied guère au personnage. La colère qui ne le quitte plus, son détachement et son absence de culpabilité le rapprochent plus de Christian qu’il ne le croit et cette pauvre Kimber en fait les frais, tour à tour objet de compétition et exutoire à sa frustration.

Le patient de la semaine, un suicidé du Golden Gate Bridge, est là pour montrer que la vie offre parfois des secondes chances et qu’il faut savoir pleinement les saisir, un message qui parle à Sean.

Du côté de Christian, on a le droit à une intrigue sexuelle absolument prodigieuse ! Un pauvre type s’est dit qu’utiliser sa ceinture cloutée pour se pendre et se masturber était une idée du tonnerre. Résultat : de très vilaines traces autour du cou. L’opération n’est qu’un détail ce qui compte c’est apparemment le plaisir incroyable ressenti, un plaisir tel qu’il est impossible de reprendre une sexualité normale après ça. Il n’en faut pas plus à Christian pour se jeter sur son épouse et l’étrangler au passage, ce qu’elle n’apprécie que modérément. On cherche la pertinence du propos et il faut attendre que Christian, las des refus de Kimber, se pende dans la salle de bains et manque d’y rester pour que cette intrigue navrante mène quelque part : Christian a eu une révélation !

La ceinture autour du cou et les fesses à l’air, le bellâtre vieillissant se rend compte qu’il est un mauvais mari et que Kimber mérite mieux. C’est une évidence pour tout le monde, sauf pour Kimber, qui ne veut pas mieux. Kimber a besoin d’un homme, peu importe les humiliations, parce que sans homme elle n’est rien. Le reste de l’épisode nous le prouve. Rejetée par Christian, elle se rend chez Sean qui projette ses propres désirs sur elle et l’encourage à se découvrir maintenant qu’elle est libérée des chaînes de son mariage. En désespoir de cause, elle atterrit sur le bateau de Mike qu’elle supplie quasiment pour qu’il la reprenne. On touche là le cœur même du personnage, dans ce qu’il a de plus affreusement pathétique, et on comprend alors que sans homme pour la définir, Kimber n’existe plus.

Véritable star de l’épisode, Kelly Carlson délivre une très jolie performance, loin de l’image de bimbo qu’elle véhicule. Mais malgré tout, l’épisode peine à convaincre, principalement à cause de Christian dont le soudain revirement est assez mal amené, si ce n’est complètement ridicule.

La dernière image nous donne envie de dire : « tout ça pour ça ». Mais les scénaristes n’avaient apparemment pas d’autre but que de réunir nos deux tourtereaux face à l’adversité. Maintenant qu’ils sont deux hommes neufs, reste à voir comment chacun va prendre sa place dans leur nouveau couple.

avatarUn article de .
1 commentaire