Nip/Tuck – Manny Skerritt (5.19)

Manny Skerritt, un yogi très souple vient consulter McNamara & Troy pour une réduction du pénis. Sean engage le Dr Theodora ‘Teddy’ Rowe pour remplacer Liz au poste d’anesthésiste. Kimber demande à Christian d’injecter du Botox dans les lèvres de Jenna afin que la petite puisse décrocher un contrat publicitaire.

Une Katee Sackhoff arrive et tout un monde est repeuplé !

Bon d’accord, ce n’est pas uniquement grâce à l’arrivée de notre Starbuck internationale  que Nip/Tuck prend un sérieux coup de jeune mais on peut dire que son personnage de médecin, tatouée, fan de virée en moto (passions empruntées à l’actrice) et adepte d’une vie aventureuse à 100 à l’heure insuffle un vent frais dans ce cabinet jusqu’ici moribond côté humeur.

A voir Katee Sackhoff aussi à l’aise dans ce nouveau rôle, on comprend qu’elle se soit fait jeter de l’audition de CSI dans laquelle elle devait incarner Riley, rôle finalement dévolu à la très sage Lauren Lee Smith.

Comme le prouve son jeu dans Battlestar Galactica, cette actrice-là travaille à l’instinct et trouve en Nip/Tuck un terrain de jeu parfait même si l’on doute qu’elle y restera longtemps (4 épisodes en vérité).

Ce vent de folie qu’elle apporte avec elle et auquel succombe Sean ne durera pas et pire que ça, finira sûrement mal. Car le bonhomme est souvent tenté par le « côté obscur » avant de revenir à sa morne réalité.

Du passé, cet épisode fait table rase ou presque. Exit Julia, repartie à New York, Liz rentrée à Miami mais retour d’Aidan, le jeune acteur idiot de la série à laquelle participait Sean en début de saison. Campé à la perfection par le sublime Bradley Cooper (Alias), Aidan vient proposer un script à Sean, la version très romancée de son histoire avec Colleen, la fausse agent cinglée qui l’a poignardé.

Dans ce film de seconde zone, Aidan se donne le rôle du chirurgien esthétique, Morgan Fairchild est Colleen et Christian est non seulement gros, petit et laid mais finit aussi par se faire trucider. L’occasion de se moquer joliment des adaptations et de faire la série renouer avec son potentiel novateur.

Hollywood et son industrie sont d’ailleurs les cibles privilégiées de l’épisode via la demande pour le moins ahurissante de Kimber à Christian. Et le pire c’est que je ne doute pas une seconde que gonfler les lèvres d’une enfant de 18 mois au Botox soit monnaie courante à Los Angeles. Un sujet gonflé (oups, pardon !) mais qui, une fois encore et à ma grande surprise, est parfaitement traité. La série se paie même le luxe de nous la jouer révélation finale à la Damages en nous montrant que Christian a du malgré lui s’exécuter pour que sa petite fille ne soit pas défigurée.

Un épisode qui met du baume au cœur après une reprise des plus catastrophiques.

avatarUn article de .
0 commentaire