Alors que Jim tente d’arrêter un criminel, ses pouvoirs disparaissent, le plaçant dans une situation difficile. Stephanie et Katie tentent de découvrir ce qui l’affecte, alors que JJ est pris en plein délit à l’école par son professeur. Daphne essaie d’impressionner un potentiel petit ami en utilisant ses pouvoirs.

La famille Powell continue gentiment de surmonter les difficultés, et le nouvel épisode ne fait pas exception à la règle, plaçant ce pauvre Jim face à une situation fort ordinaire pour tout super héros doté de pouvoirs : la perte de ces derniers.

Voilà donc le bon papa Powell en plein travail de vigilant, quand sa grande force décide de prendre des vacances. Il ne peut plus porter les poubelles – les grosses, pas celle de la maison ! – et se retrouve impuissant. Autant dire que pour un homme pour qui c’est quasiment une nécessité vitale de jouer les bons samaritains, les allées et venues inexpliquées de son pouvoir n’ont rien de réjouissant. Bien entendu, la série ne va pas réellement plonger dans une analyse psychologique du personnage dont le besoin abusif d’aide à autrui montre quelques carences émotionnelles importantes, mais continuer autour de ce qu’on sait déjà du personnage – sait-on jamais qu’il y avait là une opportunité de l’étoffer.

Si le show ne peut bien évidemment – il n’en a ni la force, ni la volonté – explorer plus en profondeur ce qui anime cette famille pour la rendre moins unidimensionnelle, il peut sans doute possible chercher ce qui affecte les pouvoirs de Jim. Une mission qui revient à Katie et Stephanie, bien plus penchée sur cette fameuse question que sur le travail qu’elles doivent normalement effectuer. Katie mène ainsi tout de front : le mystère touchant Jim (qui a une solution à la fois habile et fort décevante, car à l’impact plus que maigrichon) et sa vie privée avec Will the Watcher. Ce dernier n’est pas des plus convaincants dans son rôle, ce qui participe à faire ressortir l’énergie que met Autumn Reeser dans son personnage. Il y a au moins son enthousiasme pour donner envie de la soutenir.

On peut presque en dire autant de Jimmy Bennett, car si les débuts de la série avec JJ étaient plutôt mauvais, le tir a été bien corrigé, faisant maintenant de lui un des atouts, parvenant par sa volonté à nous faire avaler quelques couleuvres. Le fils Powell en veut, et encore une fois, les parents perdent la bataille argumentaire – les enfants ont plus que de la répartie, ils coincent leurs ainés au poteau à chaque occasion dans la série ! Si JJ nous entraine dans une opération chirurgicale à la crédibilité discutable et au dénouement bien heureux et hautement prévisible, ses convictions et son envie de réussite parviennent à compenser et accepter.

On ne peut pas en dire autant de cette pauvre et errante Daphne, coincée à utiliser ses pouvoirs pour séduire Bret Martin, et qui devra attendre que son frère lui ouvre les yeux pour réaliser la futilité de ses actions et de son comportement. En espérant que cette conclusion soit aussi valable pour les scénaristes, devant aider Daphne à trouver comment bien exploiter son pouvoir.

No Ordinary Family nous offre ainsi un épisode qu’on peut dire ordinaire pour la série, se déroulant approximativement de bout en bout comme on le prévoit. Si l’énergie de Katie et JJ parvient à soutenir l’ensemble, ce n’est pas suffisant pour que cela soutienne les 45 minutes.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire