Jim et Stephanie célèbrent leur 18e anniversaire de mariage en laissant les enfants à la maison pour un diner romantique au restaurant qui tourne court. JJ décide de gagner l’argent dont il a besoin pour s’offrir l’ordinateur de ses rêves en organisant une partie de poker chez lui, alors que Katie a un rendez-vous galant.

Voilà maintenant 18 ans que Jim et Stephanie sont heureux en ménage. Enfin, façon de parler, car le bonheur n’était pas aussi palpable au début de la série, mais qu’importe car ce qui compte, c’est le présent, et la petite soirée en tête à tête qui les attend.

Malheureusement pour le couple, le crime ne s’arrête jamais, décidé à ne pas offrir de répit à ces combattants– soit le duo de choc George et Jim. Cette fois-ci, nous avons un pyromane (un homme à fois, c’est quasiment une formule du show) qui traine dans le coin, forcément issu des laboratoires du Dr. Dayton King, toujours réduit à ses deux-trois scènes par épisode.

Il va quand même en ressortir un peu de neuf, car si on continue d’avoir le droit au coup de téléphone et interaction classique avec The Watcher, le Dr. Francis Chiles va arrêter de simplement rôder autour de Stephanie pour confronter son patron sur son statut au sein de l’entreprise, ayant pour conséquence de le faire renvoyer. Sur le coup, j’imaginais que c’était un moyen de se débarrasser d’un personnage inutile, qui était destiné à tout autre, mais que l’évolution du show avait rendu obsolète. Ce n’est pas le cas, car Francis sait que quelque chose de louche se trame, et va finalement venir mettre son nez dans les affaires de son pourri d’ancien patron.

Pendant ce temps-là, Jim et Stephanie combattent le crime, une idée qui offre enfin à Mme Powell l’opportunité de faire plus constructif qu’à l’accoutumée, ajoutant un peu de science aux techniques d’affrontement de nos hommes, en même temps qu’un peu d’humour. L’ensemble n’est pas dénué de moments guimauves dont le couple a le secret, mais nous avons aussi le droit à quelques répliques inspirées, et une dynamique qui parait revigorée par l’implication de Stephanie dans la vie de combattant contre le crime de son mari.

Quand le chat n’est pas là, les souris dansent … C’est ce qu’on peut dire pour les enfants Powell, tranquillement à la maison et ayant évité de peu la vieille baby-sitter. Enfin, c’est sans compter sur JJ, décidé à se faire de l’argent sur une bande de prétentieux petits durs de son école, qui aime se moquer de lui, mais qui est prête à faire du poker en sa compagnie. Cela ne vire pas à la catastrophe incontrôlable, et d’ailleurs, c’est bien fort calme, les enfants affrontant les obstacles les uns après les autres avec une absence de tension à toute épreuve, même quand la tata cool – soit Katie – se pointe pour mettre un terme à la petite soirée, laissant ainsi la place au classique : « vite, il faut réparer l’objet sentimental ! ». Enfin, le passage de Katie chez les Powell est surtout l’opportunité d’avoir The Watcher-Will dans les lieux, Daphne découvrant pour le coup qu’il lui brouille ses pensées.

L’anniversaire des Powell ne s’est donc pas déroulé comme ils l’espéraient, ce qui n’est pas vraiment le cas de l’épisode, continuant à surfer sur l’esprit de la série, possédant quelques petites avancées dans son intrigue principale. On avance au compte-goutte de ce côté-là, et la série gagnerait bien à consacrer épisode au développement de sa mythologie.

avatarUn article de .
CaroleC
0 commentaire