Nurse Jackie - Daffodil (1.05)

Les filles de Jackie sont déçues que leur mère se retrouve à travailler de nuit.

Je commence à me questionner : si la série ne se décide pas à développer des intrigues – même le temps d’un épisode – comment vais-je tenir jusqu’à la fin de la saison ? Il semble que Nurse Jackie nous raconte la vie d’une infirmière, qui a quelques défauts, quelques amis, et travaille dans un hôpital. Honnêtement, la vie, c’est chiant. Si les épisodes précédents laissaient entrevoir quelques développements futurs, le rythme de progression fait que rien n’est exploré ici, et que si personne ne se décide à le faire, difficile d’avoir envie de revenir toutes les semaines.

On dissémine dans les dialogues quelques informations sur les personnages, on crée des interactions, et quelques conflits internes. La petite vie médicale se déroule sous nos yeux. Un peu plus de 20 minutes pour un service de nuit. On sort du lot un ou deux patients notables, et c’est exactement – à quelques variations – ce qu’on a eu les épisodes précédents. Si ce n’est que l’humour s’use tout doucement, notre sympathie pour les exubérances des protagonistes s’amenuise, et j’ai besoin de quelque chose à me mettre sous la dent.

Pour le moment, j’avale bien la pilule. Ce n’est pas ultra passionnant – en particulier cet épisode – mais ce n’est pas non plus désagréable à suivre. Le casting permet de maintenir l’attention, pour combien de temps encore ?  Le défaut principal ici, c’est qu’il ne nous oriente dans aucune direction, il ne fait rien que les précédents épisodes n’ont pas déjà fait. Nous connaissons l’univers dans lequel évolue notre infirmière, nous sommes familiers avec l’équipe médicale réduite à laquelle nous avons affaire, mais ni eux, ni Jackie ne prennent de direction. Il faut plus d’une ou deux petites phrases pour combler le vide, et à l’approche de la moitié de saison, il est temps que la série prenne une direction.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire