nurse jackie saison 3 Nurse Jackie   Saison 3

Mardi 2 août 2011 à 8:22 - 2 commentaires

Nurse Jackie – Saison 3

 Nurse Jackie   Saison 3 CROW Nurse Jackie   Saison 3 par Martin.

Le mariage de Jackie avec Kevin et son amitié avec O’Hara sont mis en péril par la découverte que celle-ci est une droguée. Pendant ce temps, à All Saints, la vie poursuit son cours, alors que des réductions budgétaires se font sentir.

La saison 3 de Nurse Jackie s’ouvre en trombe, là où la saison 2 nous avait laissés, c’est-à-dire avec une Jackie devant faire face à ses proches, désormais au courant de son addiction. Un vent de nouveauté bienvenu souffle donc sur la série, et Jackie (Edie Falco, toujours impeccable) aura bien des difficultés à se sortir du pétrin dans lequel elle s’est fourrée.

publicite

Nurse Jackie est une série qui peut se montrer frustrante. Frustrante, car on a l’impression que l’intrigue n’avance pas (ou très lentement) et que le développement des personnages reste superficiel. Si l’on ne peut nier que le rythme de la série est mou, ce n’est pourtant qu’un subterfuge. Maintenant dans sa troisième année, le mode opératoire de la série se fait plus évident. La série se refuse à utiliser de grosses ficelles ou avoir recours à des évènements ou révélations-chocs. Il n’y a qu’à voir le pied de nez à la tradition sérielle du mariage en fin de saison.

Au contraire, les scénaristes ont choisi la voie de la subtilité et le changement arrive souvent de façon imperceptible. C’est ce qui fait tout le talent et la spécificité de cette série, qui ressemble parfois plus à de simples chroniques de la vie aux urgences. Ainsi, quand une évolution majeure pointe le bout de son nez (en général, dans le dernier épisode), le spectateur est aussi interloqué que gratifié.

C’est d’ailleurs souvent après coup qu’on se rend compte du chemin parcouru. Par exemple, l’étrange romance Zoey-Lenny ou encore l’amitié Coop-Eddie avancent de façon naturelle, sans se presser. Un peu comme les protagonistes, on est trop immergé dans la routine et l’univers de la série pour remarquer les microscopiques mouvements sur la partition des scénaristes.

Cette saison 3 laisse tout de même entrevoir quelques développements d’intrigues clairs, même si la série est manifestement moins à l’aise sur ce terrain là. En effet, Nurse Jackie souffre encore souvent de son format d’une demi-heure, et se retrouve à devoir brusquer ses storylines plus importantes, sacrifiant ainsi sa subtilité naturelle au profit d’un drama trop télévisuel. Que ce soit avec le « sponsor » de Jackie ou encore la menace Kelly Slater (Gbenga Akinnagbe), on sent que la série force des dangers autour de son héroïne, alors que l’on s’est désormais fait à l’idée que cette femme avait une chance hors du commun.

En attendant, plutôt que de chercher des intrigues distinctes, il vaut mieux appréhender Nurse Jackie comme une série à ambiance. Ce qui donne envie de revenir chaque semaine à All Saints, c’est cette atmosphère décalée, ce faux réalisme teinté d’une attachante excentricité. C’est avec régal que l’on retrouve hebdomadairement le staff de l’hôpital, chacun ayant ses petits tics et tocs. La série a beau avoir ses hauts et ses bas, elle ne flanche jamais du côté de l’humour.

Zoey (Merritt Wever) reste d’ailleurs un cran au dessus du lot. À chacune de ses apparitions, elle capte notre attention pour ne plus la relâcher. Avec sa moue enfantine et son enthousiasme mollasson, on peut toujours compter sur elle pour assurer sur le plan de la comédie. Mais les autres protagonistes ne sont pas en reste : Thor (Stephen Wallem), le roi de la répartie cinglante, ou encore Cooper (Peter Facinelli), le clown malgré lui, tour à tour exaspérant et émouvant. N’oublions pas la Akalitus (sous-estimée Anna Daevere Smith), obsédée par l’idée d’obtenir une visite de Michelle Obama à l’hôpital.

La fin de saison arrive ainsi sans que l’on ait vu le temps passer. À contre-courant de ce à quoi l’on pouvait s’attendre, avec Jackie libérée de toute pression, tant sur le plan professionnel que privé. Le timing des scénaristes est ici parfait, car la série aurait eu du mal à exploiter une saison de plus une Jackie au bord du gouffre. Ce changement reste logique, et celui-ci implique un renouveau dans l’exploration du conflit entre la vie familiale de l’héroïne et son addiction. Que va-t-elle faire maintenant qu’elle n’a à répondre de personne ?

Si on lui pardonne son rythme lent, Nurse Jackie se montre très agréable à suivre. Statique seulement en apparence la série déroule tout naturellement son histoire. Si cette saison 3 confirme les qualités certaines du jeu d’acteur et de l’écriture, elle explore également de nouvelles dynamiques et ouvre la porte à une saison 4 pleine de promesses.

publicite
  • balzane

    C’est vrai, c’est un univers sympa à regarder, mais cette saison 4 est restée assez souvent confuse dans son intrigue avec une impression de surplace. Le mariage de Jackie en péril pendant 12 épisodes et pschitt… tout se résout par une pirouette dans la dernière minute de la saison. De même pour l’addiction qui risque d’être découverte pendant 12 épisodes, et pschitt… pirouette dans les dernière secondes de la série. Les problèmes disparaissent comme par enchantement. Ce qui sauve le tout ce sont les personnages secondaires comme Zoey ou la directrice, toutes 2 source de comique sur des registres différents. Mitigé quoi.

  • spawnben

    Ah moins d’être une âne, je n’ai pas du tout trouvé que cette saison 3 était au niveau!

    Des tonnes et des tonnes de pirouettes scénaristiques durant toute la saison! Sa finit par être indigeste et limite merdique! Il faut le dire un point c’est tout!

    C’était d’une lenteur insupportable aussi!

    Kelly qui arrive et qui balance son truc de voleur et de mytho et on fait comme si de rien était! Pfff!

    Et la scène finale, c’est le summum du minable dans une série qui se veut intelligente!

    Sans les acteurs, je trouve que le show ne vaut même pas qu’on s’attarde devant pour cette 3eme saison!

70 queries. 0,762 seconds.