Nurse Jackie - Sweet 'n All (1.02)

Une journée dans la vie de l’infirmière Jackie…

Honnêtement, j’ai dû me pousser aux fesses pour regarder l’épisode. Il m’a ainsi fallu plusieurs jours, repoussant continuellement le visionnage. Le pilot était à mon goût juste correct, mais il faut bien dire que ce n’est pas le point fort d’une série Showtime, et notre nurse ne fait pas exception à la règle.

Me voici donc partie pour vivre en 30 minutes une journée dans la vie de Jackie. Tout d’abord, Edie Falco est simplement merveilleuse. Ce n’est pas une nouveauté, elle l’était déjà avant, mais cela ne fait de mal à personne de le répéter. Jackie m’a plus séduite dans cet épisode que dans le précédent. Son caractère m’a paru plus affirmé et ses répliques moins calculées. Il faut dire que la fin à la Mad Men m’avait laissée dubitative.

L’épisode 2 s’ouvre donc chez Jackie, avec ses enfants et le mari – donne-t-on son prénom ? On nous démontre plus ou moins qu’à la maison, cela va plutôt bien, si ce n’est que notre infirmière enlève son alliance avant d’aller au travail (et non à l’intérieur de l’hôpital, ce qu’elle pourrait faire en déposant ses affaires dans son casier), et la remet une fois sorti des lieux. Je ne sais point trop où l’on veut en venir là-dessus, mais les plans laissent plus que suggérer que cela a de l’importance.

Dans un manque de subtilité total, l’épisode va développer une petite intrigue avec les sachets de sucre dans lesquels Jackie met sa dose de drogues. Un le matin, un le midi, un le soir. Trop d’évènements prévisibles s’articulent autour de cela, comme la femme qui prend le sachet pour le consommer. C’est assez nul, il faut le dire.

Pour contrecarrer tous les points négatifs de l’épisode, nous avons les protagonistes, qui me plaisent beaucoup. On ne voit pas beaucoup Eddie, l’amant de Jackie, mais j’ai énormément aimé leur scène, où l’on ressent leur complicité. Il faut dire aussi que les deux acteurs se connaissent bien, cela doit aider. Le Dr. Elenor O’Hara est un personnage encore un peu caricatural, mais j’aime sa nonchalance et son style. C’est un bon complément à Jackie, elle pourra sans aucun doute apporter beaucoup par la suite, avec une bonne exploitation. Le Dr. Fitch Cooper a aussi pas mal gagné avec cet épisode. J’adore la scène où il sert notre infirmière dans ses bras, le fait que le personnage semble la moitié du temps à l’ouest. C’est un étrange mélange entre assurance, insouciance et crainte qui s’oppose parfaitement à une Jackie forte et blasée. De même, l’idéalisme de Zoey occupe un peu la même fonction. Si ses traits de personnalité son un peu exagérés, cela peut être aussi un bon moyen pour nous la montrer déchanter face à la réalité de la profession.

L’épisode sert donc beaucoup les personnages, mais il y a encore beaucoup à faire sur le plan de la narration, et on ne sait toujours pas dans quelle direction nous nous dirigeons. Wait & See.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire