Olive Kitteridge : une histoire faite d’histoires

Olive Kitteridge

Gagnante de plusieurs Emmy Awards dont celui de meilleure mini-série en 2015, Olive Kitteridge n’est pas à proprement parler l’héroïne de la dernière mini-série HBO. Durant les 25 ans qui seront couverts au cours des 4 épisodes, Olive sera autant le personnage principal que secondaire, une femme avec un point de vue aiguisé qui sera l’héroïne de sa propre histoire et un rôle récurrent dans la vie d’autres. Institutrice stricte à la retraite qui vit dans une petite ville du Maine, elle est marié avec Henry, un pharmacien attentionné avec qui elle a eu un fils, Christopher. Entre dépression, deuil, jalousie et conflits familiaux, Olive porte un regard aussi honnête que touchant et désarmant sur ceux qui l’entourent…

Se basant sur le roman célébré d’Elizabeth Strout, Olive Kitteridge est une adaptation portée d’un bout à l’autre par sa tête d’affiche, Frances McDormand. De l’achat des droits à son portage à l’écran, l’actrice et productrice exécutive a développé l’œuvre avec la scénariste Jane Anderson et la réalisatrice Lisa Cholodenko (avec qui elle avait déjà travaillé sur Laurel Canyon). Deux femmes qu’elle a donc choisies pour raconter l’histoire d’Olive Kitteridge et de ses proches, pour retranscrire un point de vue féminin à la fois intransigeant, touchant et presque dérangeant.

Utilisant une construction non linéaire pour multiplier les portraits humains, Olive Kitteridge illustre la douce tragédie de la vie. Dans une ambiance parfois légère, le plus souvent étouffante et régulièrement émouvante, la mini-série présente la dureté de l’existence à égalité avec son absurdité, les deux éléments se retrouvant plus souvent mélangés que séparés. Le récit se révèle intransigeant, optant pour une vision assez morne de la vie de laquelle découle une véritable authenticité. S’enchaine alors de multiples histoires dans lesquelles Olive joue un rôle plus ou moins important alors que son histoire personnelle permet de relier toutes les autres ensembles.

Olive Kitteridge n’est pas une personne facile, avant tout car elle dit sans détour ce qu’elle pense, blessant ceux qui l’entourent sans forcément s’en rendre compte. Rongée par la dépression, aussi honnête qu’elle peut être mesquine, Olive Kitteridge se révèle être forte et fragile, ignoble et sensible. Derrière sa franchise se dissimule surtout une femme qui ressent fortement et ne sait pas comment se faire comprendre auprès d’autrui, ne répondant pas aux mêmes codes qu’eux.

La relation qu’elle entretient avec son époux, l’affable Henry, ainsi que celle avec son fils Christopher, nous dévoile au fil des épisodes les multiples facettes d’Olive. Le couple formé par Frances McDormand et Richard Jenkins donne corps à une représentation du mariage aussi complexe que réfléchie. Les épreuves du temps sont nombreuses, entre infidélités, jalousies et routines du quotidien, et elles écorchent chacun d’eux pour mieux faire ressortir les liens invisibles qui les rattachent l’un à l’autre. La difficile relation qu’entretient Olive, mère autoritaire, avec son fils (John Gallagher Jr.) donne aux évènements du passé un poids différent, poussant à d’éprouvantes confrontations.

La famille Kitteridge nous ouvre bien évidemment les portes pour parcourir cette petite ville du Maine, où les gens s’épaulent à leur façon face à l’adversité. Les épreuves de l’existence s’accumulent dans Olive Kitteridge qui expose aussi sans détour la détresse humaine à travers une représentation vibrante de la maladie mentale. Le travail de Cholodenko pour illustrer les troubles psychologiques est aussi immersif que la performance de Rosemarie DeWitt dans la peau d’une mère bipolaire en est bouleversante.

Portée par un impeccable casting, Olive Kitteridge impressionne autant par la fluidité de son récit qui passe avec naturel d’un personnage à un autre que par sa capacité à faire entrecroiser ses multiples sujets et réflexions. La mini-série examine l’existence avec honnêteté, entrelaçant ses histoires pour délivrer une véritable peinture sociale débarrassée de fioritures et d’une beauté simple et captivante.

Déjà publié en avril 2015, cet article est remis en avant à l’occasion de la diffusion de la mini-série sur Canal+ lundi 13 et 20 juin 2016. Olive Kitteridge est disponible en DVD.

Olive Kitteridge
List Price: EUR 17,98
Price: EUR 17,98
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link