Once Upon a Time

once 102 Once Upon a Time   The Thing You Love Most (1.02)

Lundi 31 octobre 2011 à 12:56 | 9 commentaires | | | |

Once Upon a Time – The Thing You Love Most (1.02)

 Once Upon a Time   The Thing You Love Most (1.02) Once Upon a Time   The Thing You Love Most (1.02)par .

Regina met tout en œuvre pour forcer Emma à quitter Storybrooke. Cette dernière refuse de céder sous le poids des menaces alors que l’histoire nous révèle le prix que The Evil Queen a dû payer pour réaliser sa malédiction.

Après un pilote prometteur, Once Upon a Time cherche avant tout à confirmer qu’Emma ne va pas quitter Storybrooke tout de suite. Des efforts qui sont un peu vains, dans le sens où c’était une évidence, et cela affecte l’épisode.

publicite

The Thing You Love Most fait la part belle à Regina/The Evil Queen, que cela soit à Storybrooke ou à Storybook Lane, pour nous montrer tout ce qu’elle a dû faire pour en arriver là – qu’importe où on se trouve.

Ainsi, Regina fait bien comprendre à Emma qu’elle veut qu’elle quitte la ville – comme ce fut le cas dans le pilote. Cette fois-ci, les deux femmes entrent dans un conflit ouvert, car Miss Swan n’aime pas qu’on lui dicte sa conduite. Si l’une a du pouvoir, il semble que l’autre soit suffisamment bornée et imprudente pour se dresser contre la femme la plus puissante de la ville. Il faut par contre gentiment passer sur le rôle du psychiatre dans cette histoire, ce petit tour étant particulièrement mal écrit. Il est difficile de comprendre comment Emma n’a pas pu se questionner tellement c’était insultant, mais elle est tout simplement tombée dans le panneau. Pour le moment, Swan a avant tout tendance à foncer tête baissée ce qui, il faut l’espérer pour le bien de l’histoire, changera par la suite.

À Storybrooke, l’épisode se repose donc sur cette rivalité affirmée où quelques autres personnages – hors Henry – arrivent finalement à s’immiscer avec un succès limité. L’enfant est convaincu de ses propos, et pour le moment, la série ne se frotte pas trop à la façon dont son esprit s’est accroché à cette idée (et est persuadé qu’elle est vraie). Les adultes qui l’entourent, comme Mary/Snow White et son psychiatre/Jiminy Cricket, cherchent avant tout à l’aider et se placent instinctivement du côté d’Emma, bien qu’obéissant forcément à Regina – par peur. Le Miroir, incarné par Giancarlo Esposito, fait quant à lui son entrée de façon courte en étant ainsi le responsable du journal The Mirror. C’est un peu trop léger pour se faire une idée du rôle qu’il pourra avoir par la suite.

Ce n’est pas le cas pour Rumpelstiltskin/M. Gold, seul personnage qui possède un pouvoir indéniable sur Regina/The Evil Queen. En deux scènes (une dans chaque monde), Robert Carlyle s’impose avec brio et instaure une ambigüité qui est absente du reste de la série à ce stade.

Il faut aussi dire que Once Upon a Time s’acharne pour nous convaincre que Regina n’est pas réellement attachée à Henry, ce qui pourrait dans le sens inverse donner des motivations intéressantes au personnage, surtout avec ce que nous révèle l’histoire à Storybook. Celle-ci revient donc au moment où The Evil Queen a annoncé sa terrible malédiction et va nous relater ce qu’elle a dû sacrifier pour la mettre à exécution. Nous rencontrons ainsi Maleficent, campée par Kristin Bauer van Straten, l’ennemie de Sleeping Beauty, et la frenemy de The Evil Queen. Voilà au moins une relation qui est prometteuse. The Evil Queen est en tout cas totalement consumée par son idée de vengeance, bien plus que n’importe quels autres sorciers/sorcières du monde des contes de fées et pour parvenir à faire payer Snow White, elle doit elle aussi sacrifier. Malheureusement, cela aboutit sur une longue exposition de laquelle peine à ressortir les émotions qu’il faudrait. The Evil Queen manque à ce stade d’une profondeur qui justifierait qu’on puisse comprendre ces motivations. Peut-être aurait-il alors été plus pertinent de nous expliciter ce que lui avait pris, selon ses dires, Snow White, pour donner le poids nécessaire à ses actions et à la haine qui l’aveugle.

Ce second épisode de Once Upon a Time ne réussit pas à confirmer la promesse du pilote et déçoit quelque peu. L’absence de véritable connexion entre Storybrooke et Storybook se présente ici comme un obstacle majeur que l’équipe créative va devoir surmonter. Les motivations des personnages se montrent, par leur absence de connaissance de leur histoire, plus que limitées. Il y a donc du travail à faire, et de la place pour améliorer tout cela. L’univers est suffisamment riche pour que la suite puisse y parvenir.

Partager cet article

publicite
  • laure

    déçue par ce second épisode.Du blabla pour rien, peu d’action et d’émotion.
    On verra pour la suite!!!:)

  • guildys

    Je trouve intéressant le parti pris de se concentrer sur la méchante sorcière, ce qui est rarement le cas dans les contes ou elle fait le mal et se fait rapidement tuer/battre/exiler (choix multiple). Le souci réside plus dans les personnages secondaires aussi légers que l’airt et qui en brassent beaucoup. Ah sinon Henry est in-su-ppor-ta-ble.

  • Bfr

    Le côté fonceur d’Emma correspond bien à ce qu’on avait vu du personnage dans le premier épisode je trouve. La scène du pilot ou elle cogne un type contre le volant de sa voiture parce qu’il lui demande ce qu’elle peut bien connaitre au sujet de la famille était déjà dans cet état d’esprit. De plus à la fin de l’épisode elle semble avoir compris qu’il va falloir changer de stratégie même si je pense que c’est avant tout une façon de rester proche de son fils (qui oui est insupportable). Ce deuxième épisode ne m’a pas tellement déçu même si c’est vrai que le rythme est moins soutenu que dans le pilot qui délivrait pas mal d’infos il est donc logique que ça se ralentisse. En plus le personnage de Robert Carlyle est absolument génial et très bien joué, la force du show viendra de là à terme.

  • Boone

    Je l’ai trouvé bon cet episode.. après j’avoue que c’es le côté Storybrooke que je trouve plus interessant. Mention aux acteurs, surtout Lana Parilla et Robert Carlyle qui campent les persos les plus intriguants. Meme si Gnifer Goodwin brille aussi par sa finesse.. vraiment excellent cast en passons! Hatz
    e de voir la suite.. Once Upon a Time es l’autre tuerie de la saison? Oui. Assurément !

  • http://www.baverty.com Benoit

    De mon coté je suis plutôt convaincu par ce deuxième épisode. Il faut dire que je me base beaucoup sur mon ressenti pour noter/critiquer un épisode, et c’est vrai que je n’ai pas vu le temps passer durant ce second opus de la série.

    Les défauts existent, certes. Je trouve que le personnage de Mr Gold est à peine assez présent (même si ses deux scènes sont superbes) et que le personnage de Blanche-Neige/Teacher est encore trop figuratif. Je n’avais pas relevé le problème de la scène entre la Reine et son père, mais c’est vrai qu’elle n’est pas convaincante.

    Ceci dit pour moi ces défauts sont largement compensés par la musique, la mise en scène et l’univers. Le jeu des acteurs est aussi presque irréprochable, et la qualité de certains personnages est indéniable. En particulier le gosse, très crédible malgré sa maturité un peu hors du commun pour un enfant de 10 ans. Il fait ressentir à travers ses dialogues et son agitation juvénile le fait qu’il reste un enfant un peu apeuré et avec un sentiment d’insécurité assez fort.

    Il y a donc des défauts, mais je pense qu’il faut avant tout se baser sur le ressenti général. Ce qui diffère bien évidemment selon les personnes, je le conçoit.

  • Assia

    Je craignais de voir un épisode moins bon que le pilote et finalement, la surprise fut plutôt agréable. A part le psy dont j’attendais plus, j’ai beaucoup aimé les autres personnages. Et au moins, on sait pourquoi Emma va s’obstiner à rester alors qu’elle aurait pu partir gentiment : elle n’aime pas qu’on lui donne des ordres. Si la reine/maire c’était montré moins arrogante, l’histoire se serait surement terminé pour Emma. Bref, au moins, ça montre bien qu’Emma n’est pas resté pour « rester ». Contrairement à d’autres, j’ai beaucoup aimé le petit Henry. On en sait plus sur lui et ça fait se poser encore quelques questions sur sa maturité. Peut-être en saurons-nous plus dans la suite… il faudrait quand même garder le mystère pour retenir le téléspectateur, on ne va pas avoir toutes les réponses au 2e épisodes, ce serait dommage.

  • Sxill

    Je n’avais pas forcément été convaincu par le pilote, mais j’ai adoré ce second épisode. C’est surtout la construction de la série qui me plaît, qui me rappelle beaucoup Lost. Je m’explique. Cet épisode racontait l’histoire à Storybrooke, mais à côté, on avait le droit à un « centric » sur The Evil Queen, comme lorsque dans les centric de Lost quand on se concentrait plus particulièrement sur un personnage à chaque épisode avec des flashbacks. J’espère que tous les épisodes de Once Upon a Time suivront ce schéma en nous faisait un centric sur un personnage différent à chaque épisode. Je dois dire qu’un centric sur Mr Gold serait plutôt appréciable.

    A noter l’apparition de Gus Fring qui m’a agréablement surpris.

  • Cécile

    Moi aussi, ce second épisode m’a déçue et plus embêtant, je n’aime pas du tout la partie « conte ». La girl fight du présent est quand même nettement plus sympa. J’espère donc (en vain) que la partie « conte » va prendre moins de place. Par contre, Lana Parilla et Jennifer Morrison sont très convaincantes.

  • Pingback: Once Upon a Time – Snow Falls (1.03) | Critiques et actu des séries TV américaines et anglaises sur Critictoo

52 queries. 0,733 seconds.