One Tree Hill : Au Revoir, Tree Hill (saison 9)

One Tree Hill s’est conclue après 9 saisons et pas moins de 187 épisodes. Aux vues de tels chiffres, on ne pourra pas s’empêcher de pousser un « qui l’eût cru ? ». En effet, la série a frôlé l’annulation tellement de fois depuis ses débuts qu’une telle longévité relève du miracle (pour ne pas dire d’une bonne grosse blague). Malgré une érosion naturelle de l’audimat, la série avait en tout cas toujours réussi à conserver un noyau solide et inébranlable de spectateurs assidus.

Plus que la chance de durer, One Tree Hill s’est payée un luxe que peu de séries ont : celui de savoir que cette année serait la dernière. La saison 9 a alors été construite comme un grand « merci » à tous les fans de la série, et en particulier à ceux qui sont là depuis le début.

Un soin indéniable a été apporté à l’écriture qui apporte son lot de surprises. Ceci est d’autant plus louable que la série s’était enfoncée dans une monotonie soporifique ces dernières années. Ici, ce n’est pas le cas puisque Nathan se fait kidnapper par des mafieux Ukrainiens, Brooke voit resurgir l’homme qui l’avait agressée et Clay perd la mémoire. Cela faisait bien longtemps qu’il n’y avait pas eu autant d’action du côté du Rivercourt ! La série a toujours aimé les psychopathes et autres intrigues rocambolesques, et les scénaristes opèrent un véritable retour aux sources avec ces treize derniers épisodes.

Que l’on se rassure, le côté fleur bleue est toujours bel et bien présent, mais le ton résolument plus sombre des intrigues aide à mieux balancer les moments sirupeux, qui finissaient par donner la nausée. Les auteurs se sont d’ailleurs aménagé les trois derniers épisodes pour se pencher sur les personnages et rien d’autre que les personnages.

Cette saison explore ainsi la dynamique familiale de Brooke, avec Richard Burgi dans le rôle du père et le retour de sa mère Victoria (Daphne Zuniga). C’est un peu problématique, car cela aurait été plus à sa place en saison 1 ou 2. Néanmoins, cela permet de constater une fois encore que Brooke Davis reste le personnage le plus emblématique de la série, au même titre que Sophia Bush en est la star incontestée. Elle aura été celle qui aura le plus évolué et sa happy end est amplement méritée.

Dan Scott – lui aussi – réussit sa sortie. Longtemps, les scénaristes sont revenus et re-revenus sur le meurtre de Keith (survenu en saison 3). Cela avait tendance à être de moins en moins concluant, mais ce nouvel essai fut le bon. Dan trouve enfin la rédemption qu’il cherchait auprès de son fils, et la série offre une fin parfaite à sa figure la plus tragique.

Alors bien sûr on pourrait faire beaucoup de reproches à cette dernière saison. Le regret majeur est que Lucas et Peyton n’aient pas été là pour la fin (l’apparition à mi-saison de Chad Michael Murray est plus qu’anecdotique). Mais lorsque l’on voit la série se plier en quatre pour offrir à son spectateur un final mémorable, il est difficile de ne pas lui pardonner ses maladresses (une Tara bonne à gifler, Chris Keller surexploité, etc.). C’est sûrement ça la clé de la longévité de One Tree Hill : attendrir et surprendre son public assez souvent pour que l’on en oublie les périodes de vache maigre.

Le final, en lui-même, est tout ce que l’on pouvait en attendre. Quelque part, il vient lui aussi effacer tous les hauts et les bas que la série a pu connaître. Et même si j’ai énormément râlé neuf saisons durant, je ne peux qu’être ému devant le parcours accompli par cette série (satanés flashbacks) qui avait commencé comme un ersatz de Dawson pour devenir un drama familial. Chacun trouve son happy end, comme il se doit, les scènes de groupe sont nombreuses et la musique omniprésente. D’ailleurs, pour ma part, je retiendrai de One Tree Hill d’innombrables découvertes musicales au fil des ans, qui ont littéralement façonné ma culture musicale. Rien que pour cela, je lui dirais moi aussi un grand merci !

En conclusion, One Tree Hill aura connu quasiment 9 vies en 9 ans d’antenne. Certains diront qu’elle aurait dû s’arrêter en saison 4, d’autres en saison 6 et d’autres dès le pilote. Pour ces derniers, la série sait depuis bien longtemps qu’elle a des détracteurs, et cette dernière saison résume assez bien la philosophie qui a toujours été la sienne : chouchouter ses fans avant tout autre chose. Ceux-ci peuvent donc laisser Brooke, Nathan, Haley et les autres, en toute sérénité : la vie continue à Tree Hill.

Aller plus loin …

Lire d’autres articles sur One Tree Hill
Se procurer la série en DVD
Se replonger dans l’ambiance musicale avec les bandes originales

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires

Critictoo dans ta boite mail !

Recevez notre Newsletter hebdomadaire pour suivre l'actualité, découvrir des séries et ne rien manquer tout simplement.
Inscris-toi !
close-link