One Tree Hill – Don't You Forget About Me (7.15)

Le lycée de Tree Hill organise une soirée sur le thème des années 80. Julian refuse d’y aller de peur de revivre son adolescence, alors que Brooke décide de s’y rendre avec Alexander. Nathan et Clay cherchent un moyen de rentrer chez eux après un road trip qui a mal tourné, et tout le monde oublie l’anniversaire d’Haley.

Cet épisode de One Tree Hill est un hommage au réalisateur John Hugues (Breakfast Club, Sixteen Candles, etc…). La série, après 7 saisons, peut se permettre ce genre d’épisodes spéciaux: elle n’a plus rien à prouver et les fans suivront toujours. La saison passée on avait eu droit à un épisode dans les années 40 écrit par Chad Michael Murray. Ce n’était pas une franche réussite, mais ce n’était rien comparé au désastre de celui-ci.

John Hugues était un réalisateur emblématique pour sa vision particulière de l’adolescence. Il aurait été pertinent de faire un épisode de ce type lorsque la série en était à ses premières saisons, là tous les personnages sont adultes. On évoque brièvement le fait que Julian était un ado geek mais ça reste anecdotique.

De plus, les personnages sont trop jeunes pour avoir connu les 80’s. Ils ne font que se déguiser et jouer avec des codes qu’au fond ils ne maîtrisent pas vraiment (le bide de  Quinn lorsqu’elle emploie des expressions de l’époque). En fait, plutôt qu’un hommage, cet épisode est surtout un prétexte pour enfiler des références à des films de cette époque et on brasse aussi large que Maman, j’ai râté l’avion ou Vendredi 13. On nous ressort même le groupe Cheap Trick en chair et en os!

À côté de ça, c’est le vide scénaristique complet, le néant. Le recyclage marche à pleine vapeur, on nous ressort les vieux décors du lycée de Tree Hill, et on réutilise  Kylie (une ex de Clay) à toutes les sauces jusqu’à en faire un love interest pour Mouth (!). Nathan et Clay se perdent, le spectateur s’ennuie. Au rayon des intrigues vues 100 fois ailleurs nous avons aussi « tout le monde a oublié l’anniversaire d’Haley », ce qui est quand même assez peu crédible. On remarquera aussi que David et Taylor ont disparu comme ils sont apparus, et cela sans aucune explication.

La série semble au point mort, aucune intrigue n’avance. Pourtant, ce n’est pas la première fois que  One Tree Hill accuse un coup de mou, mais d’habitude elle pallie cela par l’humour autoréférentiel qui fait son charme. Or ici, il est absent.

La mécanique est rouillée. Cet épisode-hommage prouve que la série n’est pas efficace lorsqu’elle joue avec des références qui ne sont pas les siennes. On espère que les scénaristes reviennent bientôt de vacances et que les intrigues vont avancer, parce que pour l’instant on fait du surplace.

avatarUn article de .
0 commentaire