One Tree Hill – We Three (My Echo, My Shadow and Me) (6.11)

Par une nuit d’orage Lucas est seul chez lui en train de peaufiner son scénario. Il se met à rêver aux années 40.

Souvent dans une série tv à longue durée (et on peut estimer en l’occurrence que six saisons ça commence à faire une durée respectable) des épisodes sont produits pour faire plaisir au casting. One Tree Hill n’échappe pas à la régle. Après avoir séduit Moira Kelly en la laissant réaliser quelques épisodes, voici que Chad Michael Murray (Lucas) se retrouve à écrire le scénario. On ne peut pas dire que cela soit une franche réussite.

Tout seul à l’écriture l’aspirant écrivain ne vient pas bouleverser la storyline globale de la série, car on lui a donné un épisode fictif à créer. J’entends par là, qu’il s’agit d’un rêve ou l’on retrouve tous nos personnages projetés dans les années 40. Même si on se retrouve dans une situation totalement artificielle et différente de d’habitude, les relations entre les personnages n’ont guère évoluées.

En effet, on ne profite pas de l’occasion donnée là pour bouleverser l’ordre des choses, on se retrouve donc avec les couples respectifs Peyton/Lucas et Haley/Nathan, et les méchants habituels Dan et Julian. C’est bien dommage, car du coup on a juste droit à une vague histoire ressemblant à un film noir de base, avec Dan en méchant tenancier de bar affrontant Luke le jeune propriétaire du Karen’s café, le tout sous fond de film de gangsters.

C’est vraiment regrettable de ne pas avoir profité de l’occasion pour échanger les rôles, cela aurait rendu bien plus intéressant cet épisode, qui au final n’apporte absolument rien, et en plus se révèle sans surprise, tant les thèmes abordés ont déjà été vu mille fois au cinéma et traité de meilleure façon. Tout juste  voit on mystérieusement Peyton succomber à un mal étrange en fin d’épisode après que Lucas se soit réveillé de son  rêve.

Affaire à suivre, en espérant que la série reprenne un peu du poil de la bête dans cette saison 6 jusque là plutôt quelconque.

avatarUn article de .
0 commentaire