Orange Is The New Black Saison 6 : C’est leur peine maximum

14 Août 2018 à 16:00

Après les trois jours d’émeute qui ont occupé la saison 5, Orange Is The New Black s’installe dans le quartier de sécurité maximum et emmène avec elle ses occupantes présentes lors du dernier raid, soupçonnées du meurtre du garde fou Piscatella. Avec ces treize nouveaux épisodes, c’est donc un nouvel environnement à apprivoiser, de (presque) nouvelles règles et une routine un peu trop facile à retrouver.

Le nouveau décor de la saison — les prisonnières ayant été transférées au quartier de haute sécurité suite à l’émeute — permet d’introduire tout un lot de nouvelles têtes qui prennent une certaine importance face au casting d’origine réduit. Malheureusement, ce n’est pas une totale réussite. Là où la guerre entre les deux sœurs Barb et Carol tisse un fil rouge divertissant, même si clairement redondant, elle tend à réduire nos prisonnières à de simples pions (Red notamment) ou à tout bonnement écarter les autres (Lorna, Nicky) — et ce n’est pas la brève échappée de Pensatucky qui arrange cela.

Dispersé, le gang des latinas conserve l’importance qu’il a acquise au fur et à mesure des années. Daya sombre dans le trafic de drogue — avec l’aide extérieure de sa mère — alors que Gloria et Maria se livrent une guerre sans queue ni tête. Si les rivalités font sens dans un endroit plus dur et après des épreuves compliquées pour ces personnages, elles s’épuisent quelque peu dans la seconde partie de saison, due à l’importance que prend un nouveau personnage.

En effet, le gros souci de ces récents ajouts est Badison. Celle qui est censée incarner une menace pesante sur la tranquillité de Piper (et des autres) est un poids dès les premières minutes de son introduction. Lourdement incarnée par Amanda Fuller, la jeune femme tente d’imposer sa loi, mais ne réussit qu’à énerver à chaque fois qu’elle apparaît, étant mauvaise juste pour l’être et le devient tout simple. Elle parvient même à rendre Piper sympathique à nouveau ! Ce n’est pas Alex et ses tentatives furtives d’arranger la situation qui améliore l’ensemble, Badison plongeant instantanément l’intrigue dans l’exaspération là où Vee — en saison 2 et qui remplissait également le rôle de némésis — incarnait un réel danger.

Un autre des soucis de la série et qui se révèle flagrant aujourd’hui, c’est le traitement du personnel du pénitencier. Les gardes, qu’ils soient anciens ou nouveaux, apparaissent plus comme étant des gags sur pattes que de réelles personnes, surtout avec ces paris stupides sur les prisonnières et leurs misères. La saison tente d’en humaniser certains, que ce soit par une relation entre Rick et Aleida ou le syndrome post-traumatique de McCullough, mais cela surnage dans des clichés ambulants qui affaiblissent l’ensemble.

Étonnamment, il faut se tourner vers Figuerola et Caputo pour trouver l’humanité que l’on cherche dans ceux qui dirigent et qui ont le pouvoir. Face à Linda en vendetta pour retrouver sa place après son incarcération volontaire, ils sont ceux qui vont essayer de réparer les erreurs — les leurs comme celles de leurs patrons. La volonté de Caputo à sauver Taystee est réellement poignante et fonctionne étrangement bien. Et dans cette quête, lui et Figuerola acquièrent une autre dimension au-delà de ce que les rôles qu’ils jouaient jusqu’ici les astreignaient. Ils parviennent même à émouvoir lors d’une scène de karaoké simple, mais bien écrite.

Si la satire n’est plus aussi bien huilée, Orange Is The New Black trouve tout de même les ressources pour avoir des choses à dire sur le système carcéral et plus particulièrement judiciaire. Le cas de Sophia est malheureusement trop rapidement évacué pour que le traitement des transgenres et du personnage en lui-même soit pertinent, mais les scénaristes se rattrapent avec Taystee. Caution politique et dramatique de la série, la jeune femme se retrouve aux prises d’un système qui la désigne coupable par naissance. Ce n’est pas les chemins de traverse qu’empruntent les avocats par témoignages achetés qui va arranger son cas, Cindy se retrouvant à dédire son amie pour se sortir de l’affaire Piscatella.

Danielle Brooks apporte alors à la lente descente aux enfers de son personnage une profondeur bienvenue. Depuis quelques années, l’actrice est le cœur de la série et la voir toucher à ce point montre que Orange Is The New Black peut encore frapper dur sans faire dans la violence gratuite. Broyée de toutes parts, Taystee est le symbole que la justice et l’égalité sont des notions relatives dans notre monde.

La saison n’est pourtant pas dépourvue d’un peu d’optimisme. Sur les ruines d’un ancien monde (la fin de la rixe Barb et Carol le prouve ironiquement), Lorna donne naissance, les prisonnières prennent une bouffée d’air frais au lieu du sang et Piper, Sophia et quelques autres retrouvent enfin la liberté. C’est simple, soudain et beau. À l’heure où l’avenir s’annonce sombre pour notre (re)nouvellement prisonnière à vie, la série n’en oublie pas qu’il faut prendre la joie là où elle est, même quand le quotidien est dur. Le final, tout en retrouvant son ton satirique ironie pour dénoncer le quotidien des femmes noires dans et hors de la prison propose la tension, l’émotion et le soleil nécessaires pour remonter les cœurs sans les affaiblir, annonce de nouvelles problématiques notamment migratoires et montre que la série en à encore dans la tête et le corps

Cette sixième saison d’emprisonnement n’emballe pas totalement étrangement à cause des nouveautés qu’elle tente d’introduire. Elles tentent de changer la routine dans laquelle la série excellait, la faisant au contraire ronronner plus qu’elle ne devrait. Mais Orange Is The New Black garde tout de même son mordant grâce à ses personnages titulaires, Taystee en tête, formant une critique pertinente à défaut d’être écrite avec excellence. Litchfield, on reste en prison avec toi.

Orange is the New Black
List Price: EUR 8,10
Price: EUR 8,10
Price Disclaimer
Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires