Person of Interest – One Percent (2.14)

Person of Interest - One Percent (2.14)

Reese doit protéger un milliardaire au comportement erratique. Il sera forcé de dévoiler son jeu pour pouvoir l’approcher suffisamment, mais ce client n’est définitivement pas comme les autres et pourrait causer son lot de problèmes.

Après trois épisodes qui ont servi à désamorcer le cliffhanger de mi-saison, Person of Interest revient à son business habituel, avec son client de la semaine et sa formule bien huilée. Ce n’est pas pour autant une mauvaise chose, car les personnages ont dès lors le temps de reprendre leur souffle et de retrouver leurs marques. La routine est quelque chose de Reese parait apprécier, surtout après tout ce qu’il a traversé.

Ainsi, nous avons la Machine qui nous donne le numéro de Logan Pierce, un milliardaire excentrique qui a fait sa fortune grâce à un réseau social. L’ombre de The Social Network flotte clairement au-dessus de la première partie de l’épisode avec quelques clins d’œil difficile à manquer. Cela dit, Logan a bien plus à offrir qu’une version POI de Mark Zuckerberg.

Certes, dans un premier temps, il n’est pas évident de passer outre son côté exaspérant, mais le personnage réserve quelques surprises, tout particulièrement dans l’intérêt qu’il porte à son nouveau garde du corps. De plus, le scénario est construit pour insinuer une sorte de parallèle entre lui et Finch qui, à un certain degré, le rend pertinent au-delà de son histoire personnelle.

Dans ce sens, les flashbacks concernant Harold font clairement écho aux questionnements de Logan au sujet des motivations de ses bienfaiteurs. Il se pourrait donc que l’on creuse un peu plus en profondeur les évènements qui ont poussé la création du lien entre la Machine et Finch – il y a sans l’ombre d’un doute encore des choses à dire à ce sujet.

Pour le reste, l’épisode fonctionne de façon assez standard. Les rebondissements sont convenablement dosés et quelques surprises font réellement leur effet. La relation entre Logan et Reese aide bien à rendre l’ensemble plus que divertissant, Jimmi Simpson s’amusant indéniablement beaucoup dans ce rôle de milliardaire un peu à part.

Enfin, pour ce qui concerne Carter et Fusco, on reprend là où de vieilles histoires avaient été arrêtées. Cela tourne un peu en rond, mais on finira par aboutir à une définition des limitations de leurs relations, ce qui replacera Fusco dans cette position instable à laquelle il tente d’échapper depuis le début de la série. Comme pour leurs deux comparses, il est donc ici avant tout question de relancer calmement les choses en laissant très brièvement entrevoir de possibles développements pour la suite.

One Percent se présente au final comme un épisode indépendant qui réinstalle tranquillement la formule classique du show. C’est agencé avec charme et efficacité, de quoi divertir en reposant des bases solides pour commencer à travailler sur ce qui nous mènera à la fin de la saison.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires