Person of Interest

poi 108 Person of Interest : You are being watched (saison 1)

Jeudi 23 août 2012 à 8:30 | 4 commentaires | | | |

Person of Interest : You are being watched (saison 1)

 Person of Interest : You are being watched (saison 1) Person of Interest : You are being watched (saison 1)par .

M. Finch, un mystérieux milliardaire, a développé une machine permettant de prévoir des crimes à venir, mais ne donne qu’un numéro de sécurité sociale. Il recrute John Reese, un ancien agent de la CIA présumé mort, afin qu’il découvre si la personne derrière le numéro est une victime potentielle ou un criminel de façon à intervenir avant qu’il ne soit trop tard.

Person of Interest est une série de Jonathan Nolan qui s’intéresse à la justice. Harold Finch est un mystérieux milliardaire qui a inventé une machine qui espionne tout le monde. À l’origine, le gouvernement voulait éviter un autre 11 septembre, mais l’invention de Finch détecte tous les crimes, même ceux que les personnes haut placées jugent sans importance. Dans un but de respect de la vie privée, elle ne délivre que des numéros de sécurité sociale et encore, il peut autant s’agir de la victime que du criminel. Finch ne pouvant pas intervenir seul, il recrute John Reese, un ancien agent de la CIA qui a clairement besoin d’un nouveau but dans sa vie. Cet improbable duo va donc intervenir pour aider les gens, mais il agit en dehors du système et sera recherché par les autorités.

publicite

Dès le départ, Person of Interest instaure sa formule : à chaque épisode, la machine fournit un (ou des) numéro(s) et Finch et Reese travaillent pour empêcher l’inévitable. Les deux hommes font équipe pour délivrer une justice qui va au-delà du système dans lequel ils vivent et qui n’est pas non plus infaillible. Les deux hommes se retrouvent souvent à la frontière entre le bien et le mal : c’est eux qui décident ce qu’ils font avec les informations qu’ils obtiennent. Il s’agit bien évidemment d’aider, mais la série jouera avec son concept pour les placer dans des situations dangereuses, ou dans d’autres où la moralité de l’histoire n’est pas aussi évidente qu’elle n’y parait.

Sur ce plan-là, c’est surtout Reese qui navigue dans une zone grise où il est parfois difficile de savoir ce qu’il pense ou ce qu’il compte faire. Cet ancien agent de la CIA peut être aussi froid qu’il est meurtri par son passé – que le show nous dévoile au fur et à mesure. La violence fait partie à part entière de sa personne et elle est nécessaire pour qu’il puisse agir. Par extension, il peut alors franchir cette ligne invisible qui le place avec Finch du côté des bons, même s’ils interviennent en dehors du système. C’est plutôt brumeux, surtout que Reese, même s’il est moins mystérieux que Finch, n’est pas le genre de personne que l’on peut qualifier de prévisible. La série va d’ailleurs établir une relation ambiguë avec Elias, un homme déterminé à reprendre le contrôle de New York et qui va se retrouver à plusieurs reprises sur la route de nos deux justiciers.

Reese ne manipule donc pas de la même façon que son partenaire, mais il n’a aucun problème à utiliser les autres ; c’est là qu’entre en jeu le détective Lionel Fusco, un policier corrompu que Reese va faire chanter pour obtenir des informations. Un petit réseau se dessine, et il s’étendra avec une autre personne par la suite, permettant ainsi à Reese de mener ses affaires loin de Finch – ce qui consiste le plus souvent à en découvrir plus sur ce fameux partenaire.

Fusco est donc un représentant de l’ordre au départ peu honnête, mais qui va progressivement s’extirper de son rôle de simple marionnette pour devenir un homme utile qui retrouve doucement la signification du mot justice. En attendant, la détective Joss Carter est là pour symboliser la justice dans ce qu’elle a de plus pur. Elle est sur les traces de Finch et Reese, car si les deux justiciers aident, leurs méthodes et leurs conduites n’en restent pas moins illégales. Malgré tout, Carter va elle aussi être soumise à des pressions qui vont la pousser à redéfinir subtilement son code de valeur. Les choses sont rarement simples, rien n’est vraiment noir ou blanc dans Person of Interest, et les protagonistes doivent naviguer dans les multiples zones d’ombres pour servir leur cause.

La série explore d’ailleurs ces personnages avec différentes approches. Ce qui compte surtout, c’est Reese et Finch, avec des flashbacks qui aident à mieux cerner les deux hommes. Dans le cas du premier, il s’agit alors de le découvrir à l’époque où il était agent de la CIA pour comprendre comment il a dérivé. Pour mieux justifier ses allers et venues dans le temps, Reese intéresse le FBI qui n’est pas toujours des plus discrets dans ses tentatives pour l’attraper. Le passé de Finch est en partie plus mystérieux, car c’est la nature même de l’homme, mais il est aussi attaché à la mythologie du show, incarné par la machine. Petit à petit, Person of Interest va alors délivrer des bouts d’informations sur son origine, sa construction et le danger qu’elle représente. À ce niveau-là, la série sera tout du long à la hauteur, faisant preuve d’une réelle ambition qui est particulièrement enthousiasmante. On obtient une histoire et une mythologie qui apparaissent plus que solides et maitrisées, avec différents moments clés qui servent à faire évoluer les rapports de force entre les personnages et nous fournir de véritables renseignements.

De cette façon, la saison 1 de Person of Interest a su mêler sa mythologie à sa formule de base de façon intelligente et subtile. Elle s’est construite progressivement, possédant un équilibre bienvenu entre les deux et elle a su instaurer différentes menaces pour ses héros qui aident à explorer la grande thématique de la série et a scotché au canapé (Elias fut sans aucun doute une des plus belles réussites de cette saison). Mystérieuse, sombre et rythmée, cette première saison de Person of Interest est sans conteste une réussite.

Partager cet article

Plus d'informations sur la série sur le site de notre partenaire
publicite
  • Sylas

    Bien d’accord. C’est une des séries que j’ai le plus hâte de retrouver en saison 2.

  • stg_citylights

    une série intelligente d’action et de profondeur sur les personnages que ce soit pour les héros et les compagnons de routes!!!!
    ps: un petit bonus avec Amy Acker, du tout bon je vous dis!!!!

  • http://www.facebook.com/pages/La-Ligue-des-Cin%C3%A9astes-Extraordinaires/291598344191307 Boone

    Une reussite.. L’une des meilleures séries de l’année

  • lriri

    c’est l’une des séries les plus réussite au monde

56 queries. 0,704 seconds.