Person of Interest - Saison 5 Episode 9

La diffusion de cette dernière saison de Person of Interest sur CBS n’a pas vraiment laissé beaucoup de temps pour que l’on puisse s’arrêter sur chaque épisode. Néanmoins, avec le centième qui est programmé pour ce soir et qui s’annonce comme étant celui dans lequel tout va basculer, ce 99ème risque de ne pas obtenir toute l’attention qu’il mérite.

Avant qu’il ne soit donc éclipsé, revenons sur ce Sotto Voce qui nous propose ce que l’on ne pouvait plus réellement espérer à ce point, le retour de l’énigmatique ennemi simplement connu sous le nom The Voice – ou La Voix en français, je suppose.

Introduit dans l’efficace Last Call (3.15) où il manipulait une employée du centre d’appel d’urgences de New York, cet antagoniste précédait Samaritain, mais n’était pas si différent puisqu’il forçait des innocents à commettre des crimes en contrôlant des informations. À bien des égards, The Voice n’était finalement qu’un brouillon pour ce qui allait suivre. Il s’imposait également comme étant une version diabolique d’Harold ou l’héritier de l’ancienne Root.

À quelques épisodes de la fin, ramener The Voice peut apparaitre inutile. Après tout, il y a de plus gros poissons à attraper et il n’a jamais pleinement intégré la mythologie du show. Malgré tout, on peut voir cet ennemi comme étant un symbole. Il s’est échappé une fois et le laisser poursuivre mettrait en péril la mission d’Harold et John.

Au-delà de cela, il est l’outil parfait pour faire grimper la tension sans avoir à impliquer Samaritain et ses agents. Il offre la possibilité de limiter la prise de risques avant que les choses sérieuses ne commencent vraiment, mais il est suffisamment dangereux pour que les enjeux soient réels.

Du moins, en ce qui concerne Lionel. Ce dernier est clairement celui qui a été positionné dans la ligne de mire de l’ennemi depuis le début de la saison. Les scénaristes jouent avec le fait que l’on sait qu’ils sont capables de l’éliminer, surtout à l’approche de la fin de la série, pour faire monter le suspense. Si la Team Machine et Person of Interest de manière générale pouvaient perdre quelqu’un, c’était bien ce bon vieux Fusco.

Le personnage a tiré profit de la situation, puisqu’il a rarement été aussi bien utilisé. C’est une fois de plus le cas ici, alors qu’il rappelle à John combien il a besoin d’un équipier comme lui. Quand on repense à leur relation au point de départ, l’évolution est notable et c’est clairement Lionel qui a fait le plus de chemin. Il aurait été regrettable qu’il soit négligé à la fin et constater que ce n’est pas le cas est réjouissant.

Idem pour Elias qui sort finalement de son appartement et reprend les armes. Il est certainement l’une des figures les plus complexes de la série et son influence sur Harold est ici aussi révélatrice qu’elle rappelle à quel point les temps sont difficiles.

Person of Interest est donc sur le point de passer à la vitesse supérieure pour nous mener vers sa conclusion. Après plus d’une demi-saison à tranquillement voir des pions être déplacés, assister à la recomposition de la Team Machine – le retour de Shaw étant malheureusement traité de façon trop secondaire – a de quoi faire monter l’enthousiasme pour la suite.

Nous ne sommes peut-être pas réellement prêts pour tout ce qui vient, mais les personnages sont arrivés au niveau où ils ne peuvent plus faire marche arrière et doivent affronter Samaritain.

A partir de maintenant, chaque épisode sera donc critiqué individuellement, ce qui tombe bien, puisque CBS repasse à un par semaine.