Friday Night Lights - Pilot (1.01)
Ça partait d’un bon sentiment. Ça pouvait se révéler franchement bon. Et puis dans la semaine, on m’a révélé la vérité : Friday night Lights est un teen show. Et là, en même pas 30 secondes, le peu d’espoir que cette série avait pu apporter s’était évanoui. Friday Night Lights : the pilot est l’adaptation d’un livre qui a déjà eu droit à un film. Le réalisateur de ce dernier est d’ailleurs le réalisateur de ce premier, soit du pilot pour faire clair. C’est donc visuellement intéressant, comme au cinéma. C’est trompeur sur la marchandise, aussi. Qui nous dit que ce sera pareil dans la suite ? L’histoire par contre, est loin d’être d’un captivant et assez prévisible. Mais c’est un pilot. Et dans ces cas-là, on laisse une chance. Au moins un deuxième épisode. Le pilot ne fait que présenter les personnages, nous mener à la chute de la superstar pour mettre en place le Willie Beamen de la série. À part qu’il n’est pas black et qu’il n’a pas le talent de Jamie Foxx. Mais passons. Tout ceci passe. Après tout, si les personnages féminins paraissent fades et sans saveurs, je vous rassure tout de suite, c’est le cas des personnages masculins aussi. Il n’empêche, on a plus l’impression qu’on nous met en place une situation pour l’avenir. Donc, on est indulgent. Bien sûr, c’était avant la découverte que c’était un teen show, ce qui me rend beaucoup moins tolérante. Y a-t-il alors une quelconque ambition ou s’agit-il seulement de faire un One Tree Hill sans les frères Scott, dans l’univers du foot au lieu du basket, et en plus drama ? Comment un show, dont le pilot a des allures de mini film, va-t-il pouvoir tenir toute une saison sur les histoires de teenages immatures ? Oui, car à la télé, ils sont toujours immatures, aller savoir pourquoi. Un sentiment plus que mitigé ressort alors de ce pilot. On en peut qu’espérer que le show a plus d’ambitions qu’on ne le croit.

avatarUn article de .
CaroleC
1 commentaire