Les actions de A conduisent les filles à penser qu’il ou elle n’est pas forcément là pour leur nuire. Spencer continue de chercher des indices liant Ian à Alison alors que la mère d’Emily a raison de sa relation avec Maya. Fitz et Aria prennent les menaces de Noel au sérieux et Hannah se replonge dans son passé de boulimique.

La série « guilty pleasure » a pour particularité d’intéresser sans pour autant démontrer un potentiel créatif étourdissant et c’est en cela qu’on l’aime. Mais il faut raison garder et savoir reconnaître que les scénaristes peuvent aussi se louper sauvagement.

C’est le cas de ce Know your Frenemies qui est d’une redoutable naïveté, voire bêtise, et surtout, ne sert strictement à rien en cela qu’il n’apporte aucun nouvel élément de réponse. Tout au plus, il brouille un peu plus les pistes.

Il nous faut déjà deviner que quelques bonnes semaines se sont passées depuis le précédent épisode ou alors Hannah a la guérison des plus rapide. Dans un fauteuil roulant il n’y a pas si longtemps, la voilà qui trottine sans souci, ni cicatrice, et finit même par courir dans les bois. On nous évoque une séance de physiothérapie, mais elle sert juste d’alibi à la jeune fille pour répondre aux « ordres » de A.

Car, non content(e) de narguer et menacer, A entraîne cette fois Hannah dans un exercice d’humiliation lié à sa boulimie passée. Aucun intérêt, si ce n’est de nous démontrer encore un peu plus à quel point Alison était une garce, en faisant au passage le message « se faire vomir, c’est très mauvais pour le corps les filles ! », pour finir par récupérer 3 malheureux dollars dans les toilettes. C’était par contre l’occasion rêvée de faire en sorte que la mère d’Hannah (Laura Leighton est vraiment très bien) soit au courant des intrigues de A, mais non, on évite soigneusement.

Emily semble elle aussi subir les affres d’une faille temporelle puisque Papa est parti drôlement vite, et qu’elle se retrouve aux mains d’une mère qui fait tout pour bousiller sa relation avec Maya au point de faire envoyer cette dernière dans un mystérieux camp pendant 3 mois. Quid des parents de Maya qui semblaient très ouverts quant à la sexualité de leur fille ? Ici, la seule chose qui fonctionne, c’est la sympathique mise en scène de Spencer, Hannah, et Aria pour que leur amie revoie sa chérie avant le grand départ. La démarche est très mignonne bien qu’au final, la scène romantique ne serve là non plus à rien et joue le soft (on est sur ABC Family, n’oublions pas !)

Histoire que Spencer ne soit pas seule à brasser de l’air (c’est quoi son obsession pour les cartons de Ian ? S’il y avait des choses compromettantes dedans, ils ne traîneraient sûrement pas dans le salon, ma grande ! Et dire qu’elle est censée être la plus futée !), les scénaristes inventent une histoire idiote autour de Melissa, transformée en parfaite Desperate Housewives par son mariage, et qui n’aspire qu’à tomber enceinte. Ian lui aurait-il jeté un sort ?

Finalement, la seule avancée (à peine) notable de l’épisode se situe du côté d’Aria et de Fitz, lesquels, menacés par Noel, se disent qu’ils n’ont plus rien à perdre et s’offrent une nuit ensemble (que l’on ne verra pas, évidemment). On a envie de dire, « il était temps », tellement leurs regards énamourés sans acte devenaient redondants !

En résumé, un épisode complètement inutile qui ressasse les mêmes découvertes et les mêmes secrets avec un final que nous connaissions déjà, nous spectateurs.

avatarUn article de .
4 commentaires