À son réveil à l’hôpital, Hannah annonce à ses amis que A n’est autre que Noel. C’est en tout cas lui qu’elle a vu observer Fitz et Aria et écrire sur la voiture. Il est l’heure du coming-out pour Emily auprès de ses parents, alors que Spencer apprend une nouvelle concernant sa sœur et Ian.

Et c’est reparti pour 12 épisodes de Pretty Little Liars et son lot d’énigmes. Après le final de mi-saison qui se voulait comme de bien entendu à suspens, Moments later se veut avant tout un bon gros épisode de débriefing.

Puisqu’Hannah n’est pas morte (on s’en doutait bien !), elle peut très rapidement raconter ce qu’elle a vu et, à l’instar d’Aria qui l’a repéré dans la foule, elle dénonce Noel. Voilà qui apporte de la nouvelle eau au moulin de nos héroïnes qui sont quand même en mode flippé (et on les comprend) ! Sauf que ce serait bien trop facile.

Si évidemment l’identité de A ne nous est pas révélée (c’est l’essence de la série), nous apprenons bien des choses en 40 minutes : Toby n’a pas été dénoncé par Emily (sans doute plus logiquement par Jenna qui veut le garder pour elle), Hannah comprend les sentiments de Lucas pour elle (elle est blonde, ça monte lentement au cerveau !), Noel était dans les bois pour faire peur aux filles dans le cadre de la fête de Mona et sait désormais ce qui se trame entre Aria et Fitz, et il apparaît aux filles, comme à nous, qu’A n’agirait pas en solo (mais enfin, personne n’a vu Scream, ils sont forcément au moins deux !).

Si la visite de Mona à l’hôpital, au chevet d’Hannah, ne sert à rien si ce n’est à resserrer les liens d’amitié entre les deux jeunes filles, le « rêve sous drogues » d’Hannah qui fait intervenir Alison est très intéressant. Émanation du propre inconscient d’Hannah, Alison semble vouloir la mettre sur un chemin non exploré, celui de la nuit de sa disparition, en lui rappelant que chacune des filles possède en elles davantage de souvenirs de la soirée en question. Si Hannah n’en dit rien pour l’instant à ses amies, il sera bien temps de se pencher sur cette storyline ultérieurement. Alison se fend aussi d’une phrase aussi mystérieuse qu’importante : « Dire la vérité à la mauvaise personne au mauvais moment est la raison pour laquelle j’en suis là ».

Toby ayant été écarté pour cause d’arrestation, le suspect du jour est Ian (Ryan Merriman n’a plus rien du petit Jarod du Caméléon), celui-là même qui sortait en cachette avec Alison avant sa mort, qui s’apprête à faire une entrée tonitruante dans la famille de Spencer.

D’ailleurs question secrets privés, on est quelque peu étonné de la réaction limite de rejet de Spencer et Emily envers Aria lorsqu’elles apprennent qu’elle fricote avec son prof. Ce n’est pas comme si elles-mêmes étaient des oies blanches, et en particulier Spencer qui a un gros passif avec les copains de sa sœur !

Étonnant aussi que le coming-out d’Emily intervienne aussi vite lors de cette reprise et c’est évidemment un moment compliqué, plutôt bien écrit. Comme cela se profilait depuis son retour, le père de la jeune fille, tout militaire qu’il soit, est bien plus ouvert d’esprit que son épouse, mais il n’empêche que la réaction des parents ne se fait pas dans la douceur et fait naître un conflit entre eux.

Moments later choisit avec raison de se focaliser sur l’intime (d’où l’absence des parents d’Aria, de Spencer, Maya ou Sean) tout en répondant à la plupart des questions que soulevait la première partie de saison. Une reprise enthousiasmante qui ne laisse pas une minute pour respirer jusqu’à l’inscription finale sur le plâtre d’Hannah. Le guilty pleasure par excellence !

avatarUn article de .
1 commentaire