Pretty Little Liars : La fin des mensonges ? (fin de série)

Je ne crois pas beaucoup m’avancer en affirmant que rarement un final de série aura été aussi attendu pour les mauvaises raisons. Après 7 saisons et 160 épisodes, le rideau est tombé sur Rosewood. Si nous avons certainement été nombreux à nous jeter sur ce double épisode d’1h30 de Pretty Little Liars, c’est surtout parce que la saison 7 a été particulièrement laborieuse et que l’on voulait tous en finir.

Attention, la suite comporte beaucoup de spoilers sur la série et sur son final !

Suite à la révélation de l’identité de A dans l’épisode 10 de la saison 6, les scénaristes avaient décidé de nous projeter 5 ans plus tard afin de redynamiser la série. Malheureusement, ils sont retombés dans les mêmes travers en ne faisant pas évoluer les personnages et en nous offrant un nouveau corbeau qui torture les 5 jeunes femmes pour qu’elles découvrent qui a tué Charlotte et qui signe avec les mystérieuses initiales A.D.

Nous voilà 29 épisodes plus tard, à la veille du grand final. Les scénaristes de Pretty Little Liars ont accumulé les fausses pistes qui ne nous étonnaient même plus et nous ont proposé l’épisode de mi-saison le plus ridicule de l’histoire (RIP Noel Kahn). Plutôt que de chercher à deviner qui se cachait derrière A.D, on en était arrivés à vouloir savoir qui ils allaient nous sortir de leur chapeau et si la pirouette allait être un tant soit peu satisfaisante.

Une mise en place laborieuse

Après une introduction étrange rêvée par une Mona une fois de plus internée, on retrouve les 5 menteuses un an après que Mary Drake se soit accusée elle-même du meurtre de Rollins, permettant aux filles d’échapper à la menace d’A.D. Nous sommes à la veille du mariage d’Aria et Ezra, et tout le monde se retrouve à Rosewood évidemment (moi à leur place j’aurais fait ça très loin de là où j’aurais vécu tant d’épreuves, mais bon…).

Il faudra la moitié de ce dernier épisode de Pretty Little Liars pour remettre les choses dans leur contexte. Le couple mythique de la série va se marier et on a même droit au faux suspens d’une révélation qui pourrait mettre en péril cette union ; Spencer a fait la paix avec elle-même et sa famille ; Aly et Emily ont eu des jumelles et il y a de l’eau dans le gaz entre Hanna et Caleb.

Tout cela aurait très bien pu être raccourci, ou introduit plus tôt dans la saison. Étant donné les redondances et l’impression de remplissage que l’on a eu depuis la reprise en avril, il y aurait eu moyen de consacrer l’épisode précédent à ce nouveau saut temporel. La première partie de ce final aura surtout servi à nous montrer les couples phares — tous à nouveau ensemble — en train de faire l’amour… Seule Mona nous rappelle que la série ne traite pas uniquement de romance.

LA révélation !

À la moitié de ce final, on fait enfin connaissance avec Alex Drake, vraie jumelle de Spencer et manipulatrice en chef derrière les initiales A.D.

Il faut admettre qu’en comparaison de la révélation de A, celle-ci serait presque crédible même s’il est regrettable qu’elle soit donc bien visible dès l’épisode 15 de cette saison 7. Le déplacement d’Ezra à l’aéroport ne servait qu’à surprendre une Spencer un peu étrange aux côtés du revenant Wren.

Dans les épisodes suivants, plusieurs « faux raccords » de vêtements et de don d’ubiquité de Spencer ne pouvaient que mettre la puce à l’oreille. Sans ces indices, la révélation aurait été plus étonnante. Il faut cependant avouer que le coup de la jumelle déjà peu original la première fois, autant dire que ça commence à faire beaucoup là ! Certes, c’était le ressort dramatique utilisé par Sara Shepard dans les romans qui ont inspiré Pretty Little Liars, mais tout de même !

Reste que l’on peut reconnaitre que les explications sont acceptables. Il faut bien sûr : passer outre le fait que Mary Drake a donné naissance à un second enfant dont elle n’a jamais parlé ; une adoption par des Anglais qui ont ensuite abandonné le bébé ; et une rencontre par hasard avec Wren bien des années plus tard… Si l’on met donc tout cela de côté, on peut comprendre qu’Alex ait noué une relation particulière avec Charlotte, qu’elle soit jalouse de Spencer et qu’elle ait voulu venger la mort de Charlotte en en faisant baver aux 5 copines. Dans l’univers abracadabrantesque de Pretty Little Liars, ça se tient plutôt bien !

On fera juste l’impasse sur le dernier développement concernant Wren. Les fans avaient beaucoup attendu son retour, car il avait marqué les premières saisons. Si on peut accepter qu’il puisse tomber amoureux d’Alex, entre sa « fin » et son « leg » de dernière minute, tout cela ternit pas mal l’image du personnage. J’aurais préféré qu’il soit plus un cerveau derrière A ou AD qu’un pion.

Un dénouement trop rapide

Une fois passés le récapitulatif romantico-sensuel et les révélations à la pelle avec les flashbacks qui vont bien, il ne restait plus beaucoup de temps pour clore le récit. Il fallait que Spencer et Ezra (qui n’a décidément pas de bol) soient sauvés, que le mariage ait lieu et qu’on nous donne une conclusion.

On comprend bien que ce dénouement n’avait pas grand intérêt aux yeux des scénaristes de Pretty Little Liars qui devaient penser que la révélation de l’identité d’A.D serait suffisante pour rassasier les téléspectateurs. Mona retourne donc sa veste une énième fois. Elle alerte les autres et convainc Toby en deux coups de cuillers à pot que, mais oui bien sûr, Spencer était bizarre ces derniers temps et ça ne peut s’expliquer que par une nouvelle branche de cet arbre généalogique déjà bien emberlificoté… Tout le monde y croit immédiatement, se retrouve dans ce sous-sol à la pointe de la technologie et dans une envolée romantique (mais dans un français à couper au couteau) Toby arrête la fausse Spencer et tout est bien qui finit bien…

Cette accélération subite de l’épisode était assez désagréable, d’autant plus qu’on a beaucoup tourné en rond pendant cette septième saison, enchaînant les sentiments de « déjà vu » sur des rebondissements qui n’en étaient plus. Il y aurait donc largement eu la place d’étaler ce nouveau saut dans le temps, cette révélation et son dénouement sur plusieurs épisodes qui auraient été bien plus agréables à suivre.  

Un épisode à la sauce fan service

Les scénaristes auront donc tout misé sur les « easter eggs » qui ont peuplé ce double épisode final de Pretty Little Liars.

De nombreux clins d’œil aux saisons précédentes ont été faits, notamment dans l’utilisation des chansons qui ont accompagné les moments forts de chaque couple phare de la série.

L’équipe scénaristique et technique a également été mise en avant. Malheureusement, peu de fans les connaissent et cela aura surtout servi à leur faire plaisir à eux. À l’exception de la créatrice I. Marlene King qui fait un caméo vraiment drôle en étant la photographe du mariage dont le téléphone sonne, interrompant brièvement la cérémonie.

Personnellement, j’aurais préféré retrouver plus de visages familiers. Si on a eu le retour furtif de Melissa, celui des mères des filles (celle d’Aria semblant plus là pour boire avec ses copines que pour le mariage) et du père de la mariée, certains personnages clés ont cruellement manqué. Mike et Wesley — respectivement les frères d’Aria et d’Ezra — n’étaient pas présents à la cérémonie. Mais c’est surtout l’absence de Jason DiLaurentis, que l’on n’a pas vu depuis longtemps qui se fait ressentir alors qu’il a été un personnage clé de la série.

La boucle est bouclée ?

Évidemment, la toute dernière scène est à elle seule un clin d’œil aux débuts de la série. Après une fin heureuse et un moment gênant de Mona poursuivant son œuvre dans un Paris fantasmé, on retrouve les lycéennes croisées au cours des derniers épisodes. Le groupe est mené par une peste qui a pour initiales A.D. et on les voit dans une grange, par une nuit d’orage, où elles découvrent que leur meneuse a disparu. Si le clin d’œil est tellement énorme qu’il n’en est plus un, il faut espérer qu’il s’agit là d’un manque de subtilité et non d’une perche tendue vers un reboot !

La scène où Spencer, Hanna, Emily et Alyson raccompagnent Aria qui s’apprête à partir en voyage de noces était suffisamment émouvante pour conclure la série. Elles — comme nous — vont enfin pouvoir passer à autre chose.

Ce final de Pretty Little Liars aurait pu être bien plus abouti si son intrigue avait démarré quelques épisodes plus tôt, mais il arrive à relever le niveau d’une saison qui aura été très médiocre.

De plus, il apporte des réponses aux principaux mystères qui avaient émaillé la série et ne laissera en suspens que des détails que beaucoup ont oubliés dans l’embrouillamini qu’a souvent été le scénario ! Il réunit également les couples — ne prenant pas le risque froisser les fans — et c’était plutôt logique de terminer sur le mariage de ceux dont la relation aura germé dès le premier épisode de la série.

Si Pretty Little Liars aurait dû se conclure il y a déjà quelques saisons pour ne pas se perdre elle-même dans ses intrigues, elle aura tout de même su réussir sa sortie.

Spoiler Alert!
Veuillez suivre les règles suivantes concernant les spoilers dans les commentaires :
1. Sur la critique d'un épisode, ce qui concerne les épisodes à venir est considéré comme étant spoiler (idem pour ce qui concerne les saisons).
2. Vous avez le droit de mettre des spoilers dans vos commentaires, mais le contenu sensible doit être placé entre les balises <spoiler>....</spoiler> afin de protéger les autres lecteurs.
Critictoo Newsletter
Inscrivez-vous à la newsletter Critictoo pour ne plus rien manquer de l'actualité du site, des séries et plus.
©2006-2017 Critictoo, le webzine des séries TV - powered by Wordpress. Critictoo.com participe au Programme Partenaires d'Amazon EU, un programme d'affiliation conçu pour permettre à des sites de percevoir une rémunération grâce à la création de liens vers Amazon.fr.
Nos partenaires : DVD Series | Amazon | HypnoSeries | Tous nos partenaires
Le Geektionnaire des Séries TV
Nous l’avons écrit et vous pouvez désormais le lire. Cet abécédaire des séries contient près de 900 entrées passionnantes.
Commandez-le !
(19.95€ prix conseillé)
close-link